Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vas-Y Cherche !

Les Archives

23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 23:57
Hubert Félix Thiéfaine est un artiste assez atypique de la scène française. Avec plus de trente années de carrière au compteur, l'homme n'a pas changé d'un poil et reste fidèle à son image en traversant toutes les modes sans jamais s'y laisser prendre.

La communauté de fans a toujours été constante et le chanteur n'a pour ainsi dire jamais eu de passages à vide dans sa carrière, enchaînant albums et tournées sans perturbation.

J'oserais même la comparaison avec Frank Michael, le chanteur de variétés qui fait vibrer les mamies, qui réussit l'exploit de remplir les salles et d'accumuler les disques d'or sans aucun écho dans les médias.


HFT vs. Frank Michael même combat ?

C'est dans le cadre de la tournée Suicide HFT Tour faisant suite au dernier album Scandale Mélancolique,  que Thiéfaine répondait présent à Villeurbanne au sein d'un Transbordeur bourré à bloc.
En guise d'amuse-gueule, une première partie déroutante : un chanteur debout et ses deux guitaristes assis sur un tabouret. L'artiste, nous marmonne son nom "Je m'appelle Edouard Demmmblblblbion et on va faire des chansons"... après vérification il s'agit d'Edouard Desyon dont le futur album, L'Essentiel (est dans Lactel ?), sort prochainement. Ce set accoustique fut sympathique mais beaucoup trop court (à peine vingt minutes pour cinq ou six morceaux), Edouard excellant dans l'écartement de bras en croix et le recoiffage de la mèche de cheveux, n’en est pas moins assez doué au chant et à l'écriture.

Edouard Desyon, beau gosse malgré lui ?

Quelques minutes plus tard, la lumière s'éclipse, de nouveaux musiciens prennent place sur la scène, et entame une introduction lente et dissonante. Un couplet venu de nulle part se fait entendre :

Valium, Tranxène, Nembutal, yogourts, acides
Fais-moi une place dans ton linceul
Quand y en a pour un y en a pour deux
Fais-moi une place dans ton linceul
Pour un coup de dents j't'arrache les yeux

La voix est bien connue des gens présents dans la salle, cela ne fait aucun doute : il s'agit bien d'Hubert Félix Thiéfaine ! En même temps, rien d'étonnant, c'est ce qui est programmé ce soir au Transbordeur.

S'enchaîne à cette Scène de Panique Tranquille un Cabaret Saint Lilith donnant le ton de la soirée qui sera sous le signe du rock. Le suite des festivité est tout aussi frénétique avec un zeste de When Maurice Meets Alice (en hommage aux parents du chanteur), une pincée de Soleil Cherche Futur en passant par une saucée de Quand la Banlieue Descendra sur la Ville et une claquée de Comme un Chien dans un Cimetière. L'instrumentation dynamique donne une couleur toute nouvelle à la plupart des morceaux, en totale opposition avec la précédente tournée en solitaire de l'artiste, plus intimiste. D'ailleurs contrairement à cette dernière où Hubert assumait instrumentation et chant sur scène, ce soir il délègue la partie musicale à ses quatre accolytes (guitare, basse, clavier, batterie), ce qui lui permet une meilleure aisance sur scène. Car Thiéfaine ne chante pas ses chansons, il les vit, tel un comédien habité par un rôle.

Il ne prendra la guitare que lors du premier rappel au cours duquel il apparait seul pour interpréter un morceau non prévu au programme mais abondemment réclamé par les internautes : L'Etranger dans la Glace. Au terme de cette interlude accoustique, les musiciens regagnent de nouveau leur poste pour continuer la transe électrique avec l'exploration des Mathématiques Souterraines et une visite des Gynécées.


Au terme d'un second rappel et de deux heures de bonheur, durant lesquelles le Saint Hubert n'a pas oublié ses classiques comme Loreleil Sebasto Cha ou encore Les Dingues et les Paumés, le tour de chant se termine avec les versions transcendantes d'Aligator 427 et de Narcisse 81, dont les dernières notes marqueront la sortie définitive de l'auteur/compositeur/interprète le plus célèbre de l'anti-variété, sans strass ni paillettes mais sous les applaudissements d'un public concquis.

Voici les autres morceaux joués, non cités dans le compte rendu ci-dessus : Autoroutes Jeudi d'Automne, Confessions d'un Never Been, Sweet Amanite Phalloïde QueenScandale Mélancolique, Psychanalyse du Singe, Le Jeu de la Folie, Bipède à Station Verticale, Rock Autopsie, Première Descente aux Enfers par la Face Nord et Télégramme 2003.

La soirée permit également d'apprendre que M. Thiéfaine comptait se présenter aux élections présidentielles de 2007 pour le parti Solitude et Mélancolie (info ou intox ?) .

Si vous hésitez le jour du scrutin, vous savez pour qui voter ;)


Un grand merci à Thanos pour m'avoir ressorti la playlist de tête :)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thanos ^__^ 25/03/2006 12:18

lol ok, plus grunge alors ! j'y connais rien lol

Sinon, il a trop une pur tête le Edouard Demmmblblblbion là lol

Le morse des mers 25/03/2006 14:16

Enfin le style est subjectif, disons que pour moi le métal est techniquement plus complexe que le grunge, plus carré. C'est vrai qu'il a une bonne tête de champion de barres paralèlles Edouard ;)

Thanos ^__^ 25/03/2006 01:39

ha oui, j'ai bien aimé quand il a dit "je l'ai écrite en 1995, je l'ai enregistré en 2000, ça s'est passé en 2005" en parlant de la chanson "Quand la banlieu déscendra sur la ville" ;)
Il est fort cet Hubert, déjà avec "Alligator 427", il avait eu 10 ans d'avance sur Tcherbnobile ...

Le morse des mers 25/03/2006 10:27

Merci de me compléter, je voulais en parler en plus mais au moment d'écrire l'article j'ai complétement zappé.

Thanos ^__^ 25/03/2006 01:21

bon, ben j'y étais aussi, juste à coté du morse et vraiment, j'ai adoré, c'était excellent ! Passé les premières secondes un peu déroutante (je savais que ça allait être résolument rock, mais je pensais pas que ça allait tirer sur le métal ... enfin, il me semble que ça tirait un peu sur le métal, morse me corrigera si c'est pas ça), j'ai vite été dans l'ambiance, et quel ambiance ! Malgrès la créve qu'il avait (il arrétait pas de se moucher), il avait une peche d'enfer, il a bien mis le feu au transbo ! Pour le coup, je pense que je vais faire péter le porte monais et que j'irai le voir au Zénith de Paris en novembre, parce que c'était vraiment trop géant !

Le morse des mers 25/03/2006 10:26

Métal oui et non en fait. C'est vrai qu'il y avait quelques solos qui tiraient sur le métal mais j'ai trouvé que l'ensemble, avec la basse omniprésente, tendait plus vers le grunge. Il y aurait eu une deuxième gratte électrique ça aurait été résolument métal c'est sur ;)

Derniers Articles