Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vas-Y Cherche !

Les Archives

24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 23:38
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index


SUPER NES



Super Mario World (1990)



Pour lancer sa console 16 bits, Nintendo décide de miser sur Mario et c'est encore une fois le succès avec un des opus les plus appréciés de la saga.
Comme d'habitude, Bowser a kidnappé la princesse Toadstool, mais bon ça reste accessoire car le pire dans l'histoire c'est qu'il a également dérobé les oeufs d'une pauvre tribu de Yoshis (animal faisant ici sa toute première apparition).



Le Yoshi est un petit dinosaure qui gobe un peu tout sur son passage (fruits, objets, ennemis) et qui pourra servir de monture à Mario. Outre cette nouveauté, on retrouve certains éléments de l'épisode précédent :
- Le système de carte du monde : revu et amélioré, beaucoup plus vivant et cohérent, la frontière entre deux mondes est continue, délimitée par les palais de Bowser (on ne passe pas d'un écran à l'autre lors d'un changement de monde, il est donc possible de revenir sur ses pas et de refaire les niveaux de n'importe quel monde), truffé de raccourcis et de niveaux secrets à découvrir (96 niveaux au total !).
- Les capacités aériennes de Mario : ici l'objet feuille est remplacé par une plume et le raton laveur cède la place à un Mario vêtu d'une somptueuse cape jaune. Le vol est un peu plus difficile à maîtriser mais une fois pris en main, le joueur sera capable de traverser un niveau sans toucher terre. Mario pourra également se gonfler à l'hélium (item "ballon") pour flotter dans les airs, état un peu plus maniable que la cape mais beaucoup plus lent et d'une durée limitée.
- Le stockage des items : il a été réduit à un seul slot, ce qui reste amplement suffisant vu le peu d'utilité du stockage en masse de Super Mario Bros 3.
- La saisie des carapaces a été conservée, tout comme les glissades sur le postérieur dégommant tous les ennemis présents sur la pente. La possibilité de gagner des vies en fin de niveau est également de la partie : dans Super Mario Bros 3, il fallait obtenir un objet en frappant un bloc, au bout de trois niveaux, si les trois objets récoltés étaient identiques, le joueur gagnait plusieurs vies (en fonction du type d'objets le champignon étant le plus faible et l'étoile la plus forte), une seule vie si les objets étaient différents. Ici, le joueur remporte des étoiles à chaque fin de stage, en atteignant une barre mouvante : plus la barre est haute, plus le nombre d'étoiles est élevé. Au bout d'une centaine d'étoile, Mario est propulsé dans un Bonus Stage où il aura la possibilité de gagner des vies supplémentaires.




Bien qu'il fut l'un des premiers jeux de la Super NES, Super Mario World n'a absolument pas à rougir de ces graphismes. Les décors sont somptueux (avec scrolling décalé en fond pour le rendu), les effets zoom (mode 7) et mosaïque de la console sont exploités à merveille (j'ai eu des frissons la première fois que j'ai vu Bowser foncer contre mon écran de télévision !!!). Le thème musical est entraînant, décliné sous plusieurs forme en fonction du type de niveau.



Parmi les différents niveaux, on trouve les forteresses, gardées par Reznor, les maisons hantées, véritable casse-tête, les classiques plaines, forêts, niveaux sous-marins, niveaux enneigés, cavernes (avec une résonance extrêmement bien rendue) et palais de Bowser, marquant la fin d'un monde et gardés par les rejetons du mécréant. Chaque palais détient un des oeufs Yoshis. La Princesse se trouvant quant à elle dans le château de Bowser. Il existe également trois niveaux spéciaux permettant d'activer trois interrupteurs (jaune, vert et bleu) ayant pour effet de faire apparaître de nouveaux blocs marqués d'un "!" dans les différents stages de la carte. Les blocs jaunes donnent systématiquement un champignon tandis que les verts contiennent une plume. Les bleus sont vides et ne servent que de plate-forme.

Les Warp Zones sont représentés par des étoiles à découvrir sur la carte. Chaque étoile propulse Mario dans un monde spécial, Star Zone, où il sera possible d'atteindre n'importe quel monde, à condition d'avoir découvert l'étoile cachée dans chacun d'entre eux. La Star Zone contient également ces propres niveaux où l'on pourra obtenir des Yoshis de couleur (la couleur d'un Yoshi standard étant le vert).



Les Yoshis, peuvent obtenir des pouvoirs spéciaux en avalant des carapaces :

- Carapace verte : aucun pouvoir spécifique si ce n'est de recracher la carapace pour dégommer tous les ennemis sur son passage.
- Carapace rouge (ou n'importe quelle carapace avalée par le Yoshi rouge) : permet de cracher des boules de feux.
- Carapace jaune (ou n'importe quelle carapace avalée par le Yoshi jaune) : permet de faire trembler le sol et détruire plus facilement les ennemis les plus coriaces.
- Carapace bleue (ou n'importe quelle carapace avalée par le Yoshi bleu) : donne des ailes au Yoshi.

A noter que des vies supplémentaires peuvent être remportées si Yoshi avale un certain nombre de fruits.

Un Spécial Stage renfermant des niveaux à la difficulté très élevée est également déblocable mais n'apporte pas grand chose à la quête de Mario si ce n'est le challenge.

Un jeu riche, d'une durée de vie assez conséquente que l'on prend plaisir à refaire de nombreuses fois. Sûrement le meilleur jeu de plate-forme 2D !



Super Mario World 2 : Yoshi's Island (1995)



Introduits précédemment, les Yoshis tiennent ici la vedette de ce deuxième épisode sur Super NES.
L'histoire nous narre la rencontre entre Mario et les gentils dinosaures. En effet, notre plombier n'est ici encore qu'un bambin, qui part à la recherche de son frère Luigi, prisonnier de Kamek, pygmalion de Bowser. Mario n'a ici qu'un rôle secondaire car le joueur dirige de bout en bout les Yoshis se relayant pour porter le plombier sur leur dos, jusqu'au château de Bowser.
Tout comme dans l'épisode précédent, les Yoshis peuvent détruire les ennemis en les piétinant mais aussi en les avalant. Ils sont alors recyclés en oeufs qui serviront de munitions. Des pastèques pourront également être avalées et servir d'armes redoutables à notre dino (mitraillage à base de pépites, jet de flammes ou souffle glacial).
Yoshi est pour ainsi dire invulnérable (sauf en cas d'écrasement ou de chute dans le vide), le talon d'Achille du joueur étant Mario, qu'il faut protéger des attaques ennemies qui feront tout leur possible pour enlever l'enfant-plombier pour le livrer à Kamek. Dès que Yoshi est touché, Mario est désarçonné et il faudra le récupérer coûte que coûte avant la fin d'un compte à rebours pour rester en vie.



Niveau gameplay, le jeu est donc très différent de ses prédécesseurs. Côté exploration, le jeu est assez linéaire : il n'y a aucun raccourci possible et il faudra terminer tous les niveaux d'un monde un par un pour passer au monde suivant.
Chaque monde contient deux boss, le premier à mi-parcours et le second au dernier stage du monde.



Autant dire que certains fans de Super Mario Bros 3 et de Super Mario World ont pu être plus ou moins déçus par ce manque de liberté et une durée de vie moins conséquente, ce sera d'ailleurs les seuls défauts car Nintendo innove encore et toujours et ce jeu de plate-forme n'a pas à rougir de ses congénères, ne serait-ce au niveau des graphismes, assez révolutionnaires dans leur genre avec un rendu crayonné pastel de toute beauté, des boss imposants et très impressionnants et des animations très soignés. Pour augmenter la durée de vie, un système de points est instauré dans chaque niveau. Ces points sont calculés en fonction du nombre de pièces rouges, de fleurs et d'étoiles amassées tout au long du parcours. Si le score maximal (de 100, ce qui correspond à 10 pièces rouges, 5 fleurs et 30 étoiles) est atteint dans chacun des niveaux du monde, un niveau supplémentaire sera disponible ainsi qu'un mini-jeu permettant d'amasser des vies supplémentaires.



Le jeu n'atteint peut-être pas l'excellence de Super Mario World, LA référence de la saga, mais a le mérite de proposer quelque chose de très différent (à l'instar de Super Mario Bros 2 USA) et reste un incontournable du genre sur la console 16 bits.
Cela permettra également d'introduire une série dérivée ayant Yoshi pour héros (avec ou sans Mario sur le dos).



Super Mario All-Stars (1993)



Il s'agit ici d'une compilation regroupant la totalité des opus NES. Mais attention ! Tous les jeux ont été rénovés pour coller aux capacités de la console 16 bits : les sprites se rapprochent de ceux de Super Mario World et les décors ont été améliorés et enrichies. Le gameplay reste toutefois identique.

Nous avons donc :

- Super Mario Bros
- Super Mario Bros 2, re-baptisé Super Mario Bros : The Lost Levels afin d'éviter la confusion chez les joueurs européens et américains (le jeu étant inédit chez eux)
- Super Mario Bros 2 USA
- Super Mario Bros 3



Autre petite nouveauté, la possibilité de sauvegarder à chaque monde, ce qui était impossible à l'époque de la NES pour les trois premiers cités... un petit coup de pouce supplémentaire pour espérer venir à bout de The Lost Levels.

Super Mario Bros - Super Mario Bros 2 USA
Super Mario Bros 3 - Super Mario Bros : The Lost Levels

A noter qu'une cartouche Super Mario All-Stars est parue en édition limitée aux USA, avec Super Mario World en bonus.

Prochaine partie : la Nintendo 64 !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tobuda 05/06/2007 23:20

Super Mario World ne contient pas 96 mais 74 niveaux. Le jeu contient 96 SORTIES, certains niveaux ayant deux sorties. Cette erreur fréquente m'exaspère vraiment. Idem quand on dit que le scénario de Mario 3 est le même que celui des autres Mario alors que ce n'est pas le cas : la princesse ne se fait capturer qu'à partir de la fin du monde 7, ce qui est déjà plus proche de la fin que du début du jeu !!!

Captain ishido 24/04/2007 20:52

Il ya une erreur dans cette partie de l'article consacrée à la Saga Mario.
En effet, dans Super Mario World, il y a bien 4 interrupteurs (que l'on trouve dans les "Switch Palace"), le 4eme étant le rouge.

Jack 30/05/2006 17:52

Je crois que le seul Mario auquel j'ai joué, c'est Super Mario World. Malheureusement, je n'ai aucune patience pour ce genre de jeu, et puis l'univers ne m'attirait déjà pas beaucoup.

Le morse des mers 31/05/2006 11:21

C'est le contraire pour moi, j'aime beaucoup les jeux de plates-formes car ça permet de décompresser et de détendre les neurones entre un RPG et un jeu d'aventure aux énigmes tirées par les cheveux ;).Je n'ai pas le temps de m'ennuyer sur un Mario vu qu'il n'y a pas vraiment de temps mort.

Thanos 15/05/2006 10:11

c'est clair que Super Mario World est le meilleur jeu de plateforme 2D qui puisse exister ! C'est fou qu'aucun autre dévelopeur n'ait réussi à jamais faire mieux qu'un Mario pour ce style de jeu.
Et Yoshi Island est tout simplement excellent !

flure 14/05/2006 17:34

Là par contre, je n'ai eu l'occasion de jouer à aucun de ces jeux. En revanche j'aime beaucoup le rendu crayonné de Yoshi, qui est très sympathique ! Il faudra que j'essaye de trouver une snes dans une brocante ...

Le morse des mers 14/05/2006 22:12

Et bien tout comme pour les jeux NES, tu peux te procurer les 2 Super Mario World sur GBA :- Super Mario World sous le titre Super Mario Advance 2- Super Mario World 2 sous le titre Super Mario Advance 3Je te les conseille fortement, le premier étant surement le meilleur Mario 2D et le second est graphiquement époustouflant :)

Derniers Articles