Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vas-Y Cherche !

Les Archives

9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 02:31
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



A fond dans son rôle de mascotte, Mario ne peut s'empêcher de faire quelques apparitions clins d'oeil dans divers jeux au-delà des frontières de ses propres franchises.
Voici donc la liste des apparitions de Mario ou d'autres personnages de son univers.



Tennis (1984, NES)


Mario est ici arbitre de chaise. Il s'agit de la première simulation de tennis de Nintendo, une sorte de précurseur de Mario Tennis qui engendrera par la suite un opus par console (même la Virtua Boy y a eu droit).



Golf (1984, NES)


Ici, le golfeur n'est autre que Mario. Mais on peut difficilement classer ce jeu avec la série Mario Golf, réellement entamée avec NES Open Tournament Golf, puisqu'il s'agit ici d'une simulation de golf classique dans lequel l'univers du plombier (hormis le plombier lui-même) n'intervient pas.



Pinball (1984, NES)


Dans ce jeu de flipper, Mario apparaît en compagnie de Pauline, son premier amour qu'il sauva des griffes de Donkey Kong.



Punch-Out (1987, NES)


Dans cette célèbre simulation de boxe, Mario apparaît en tant qu'arbitre.



Tetris (1989, NES)


Parmi les saltimbanques de la séquence finale du mode B (level 9 et hauteur 5), on peut reconnaître Mario, Luigi, Bowser, la Princesse Peach et Donkey Kong, mais aussi Link de Legend Of Zelda, Kid Icarus du jeu homonyme et Samus Aran de Metroid.



Tetris (1989, Game Boy)


Le joueur 1 incarne Mario et le joueur 2 incarne Luigi.



Tennis (1989, Game Boy)


Tout comme son homologue NES, Mario vient ici arbitrer la partie.



Golf (1989, Game Boy)


Comme sur NES, Mario représente également le joueur de Golf.



Alleyway (1989, Game Boy)


C'est Mario qui pilote le casse-brique (on le voit à chaque début de stage).
De plus, dans certains niveaux, la disposition des briques fait apparaître quelques personnages de l'univers du plombier :

Stage 3 : Mario
Stage 6 : Koopa Troopa
Stage 9 : Bloober
Stage 12 : Piranha Plant
Stage 15 : Bullet Bill
Stage 16 : de nouveau Mario
Stage 18 : Goomba
Stage 21 : Cheep-Cheep
Stage 24 : Bowser



Qix (1990, Game Boy)


Lors des parties à deux joueurs, on trouve d'un côté une équipe Mario et de l'autre une équipe Luigi. A la fin de chaque manche, le personnage concerné apparaît sur l'écran du joueur.

Mario pointe également le bout de son nez à la fin d'une partie en solo.



F1-Race (1990, Game Boy)


Différents personnages viennent encourager le joueur :

Course 2 : Toad
Course 3 : Luigi
Course 4 : Princesse Peach
Course 6 : Mario
Course 9 : Donkey Kong
Bowser apparaît, quant à lui, lors de la séquence finale.



Nintendo World Championships 1990 (1990, NES)

Dans ce jeu, on peut jouer à une course contre la montre sur Super Mario Bros.



The Legend Of Zelda : A Link To The Past (1991, Super NES)
The Legend Of Zelda : A Link To The Past (2002, Game Boy Advance)


Dans quatre habitations différentes, on peut trouver un portrait de Mario.
On rencontre aussi un ennemi ressemblant étrangement à un Chain Chomp.



Sim City (1991, Super NES)


Dans ce jeu, on peut gagner une statue représentant Mario.

On trouve également une forêt dont la vue aérienne représente la tête du plombier.

Bowser est également là pour mettre des bâtons dans les roues du joueur en provocant des incendies dans les villes en pleine construction.



Super Scope 6 (1992, Super NES)


Dans le mini-jeu "Lazer Blazer", Mario est aux commandes d'un avion. Il est attaqué par Lemmy Koopa chevauchant un missile.



Super Play Action Football (1992, Super NES)


Le tirage au sort pile ou face est effectué avec une pièce spécifique : d'un côté le visage de Mario et de l'autre une queue de raton laveur (celle que Mario porte dans Super Mario Bros 3).



The Legend Of Zelda : Link's Awakening (1993, Game Boy)
The Legend Of Zelda : Link's Awakening DX (1998, Game Boy Color)


De nombreux personnages de l'univers du plombier : Yoshi fait un cameo sous la forme d'une poupée à gagner au jeu de pinces. Lors des phases 2D dans les donjons, Link rencontre divers ennemis issus du bestiaire de Mario (Goombas, Piranha Plants, ...), on croise aussi les Boos et le "Toutou" de Madame Miaou-Miaou n'est autre qu'un Chain Chomp.



Stunt Race FX (1994, Super NES)

Mario et Luigi sont présents sur des panneaux publicitaires.



Donkey Kong Country 2 : Diddy's Kong Quest (1995, Super NES)
Donkey Kong Country 2 : Diddy's Kong Quest (2004, Game Boy Advance)


A la fin du jeu, Mario et Yoshi font une apparition sur le podium de Cranky. On remarque aussi la présence de Link ainsi que les baskets de Sonic au pied du podium.



Kirby's Fun Pack (1996, Super NES)


Dans le public du mini-jeu "Megaton Punch", on remarque la présence de Mario, Luigi, Toad et Birdo.

Kirby peut parfois se changer en statue d'or représentant Mario.

A la fin du générique final, Mario fait une apparition avec le logo Nintendo.



Tetris Attack (1996, Super NES)



Un jeu tetris-like avec de multiples apparitions de personnages de l'univers Mario.



Donkey Kong Land 2 : Diddy' Kong Quest (1996, Game Boy)


Tout comme dans Donkey Kong Country 2, Mario et Yoshi sont sur le podium de Cranky.



Pilot Wings 64 (1996, Nintendo 64)


On peut voir le visages de Mario sculpté sur le Mont Rushmore. Si on lui tire dessus, le visage deviendra celui de Wario.



Game Boy Camera (1998, Game Boy)
Game Boy Printer (1998, Game Boy)


Mario apparaît en dansant sur la l'écran titre.



The Legend Of Zelda : Ocarina Of Time (1998, Nintendo 64)
The Legend Of Zelda : Ocarina Of Time/Master Quest (2003, Game Cube)
The Legend Of Zelda : Collectors Edition (2003, Game Cube)


Par la fenêtre du château d'Hyrule, on peut apercevoir des portraits de Mario, Luigi, Yoshi, Peach et Bowser.
Malon, Talon et Ingo portent un médaillon représentant Bowser.



Donkey Kong 64 (1999, Nintendo 64)


On peut carrément jouer à la borne d'arcade Donkey Kong, ce qui entraîne donc la présence de Mario.



Pokemon Stadium (Nintendo 64)

Cameo de Mario dans ce premier opus de Pokemon Stadium.



The Legend Of Zelda : Majora's Mask (2000, Nintendo 64)
The Legend Of Zelda : Collectors Edition (2003, Game Cube)


Romani et Cremia portent un médaillon représentant Bowser.
Sur le sac à dos du vendeur de masques, on peut apercevoir un masque à l'effigie de Mario.



Banjo & Tooie (2000, Nintendo 64)

On peut croiser une poupée à l'éffigie de Donkey Kong.



Pokemon Stadium 2 (2000, Nintendo 64)


Grâce au Transfert Pack, on peut importer une console de l'un des jeux Pokemon de la Game Boy. On peut voir une télévision avec différents jeux : Super Mario 64 et le visage joviale de Mario mais aussi Donkey Kong, Super Mario Bros, Kirby's Adventure, The Legend Of Zelda, Super Mario World, Kirby's Fun Pack, F-Zero, A Link To The Past, Wave Race, Ocarina Of Time ou encore Starfox 64.



Mobile Golf (2001, Game Boy)

On peut débloquer Mario, Princesse Peach ou Yoshi.



Animal Forest (2001, Nintendo 64)

Dans ce jeu, il est possible de débloquer des classiques comme Donkey Kong, Donkey Kong Jr. Math, Golf, Pinball et Tennis.



Animal Crossing (2001, Game Cube)

Dans ce jeu, il est possible de débloquer des classiques comme Donkey Kong, Donkey Kong Jr., Donkey Kong Jr. Math, Golf, Pinball, Punch-Out, Super Mario Bros, Tennis et Wario's Woods.



1080° Avalanche (2003, Game Cube)


Lors d'une course, on peut croiser une statue de glace représentant Mario.
Mario et Luigi font une apparition en tant de logo de la planche de surf "8-bit Soul".



The Legend Of Zelda : The Minish Cap (2004, Game Boy Advance)


Le bestiaire est enrichi par la présence de Lakitu ou des Bob-Ombs.



The Legend of Stafy 3 (2004, Game Boy Advance)


Stafy croise le chemin de Wario à plusieurs reprises.



Metal Gear Solid : The Twin Snakes (2004, Game Cube)


Des figurines de Mario et Yoshi sont posés sur un ordinateur. En tirant sur Mario, on peut entendre le jingle 1-UP et récupérer un peu d'énergie. Yoshi se contente de pousser son cri "Yoshi !".



NBA Street V3 (2005, Game Cube)


Mario, Luigi et la Princesse Peach apparaissent en tant que personnages jouables.



SSX On Tour (2005, Game Cube)


Mario, Luigi et la Princesse Peach apparaissent en tant que personnages jouables.



Tetris DS (2006, Nintendo DS)


Certains stages se déroulent dans l'univers de Mario, dont Super Mario Bros 3 ci-dessus.
On peut croiser également Bowser, Princesse Peach, Yoshi et Donkey Kong.



Somari (1993, NES)



Plus qu'un simple cameo, Somari est un jeu mettant en scène Mario dans l'univers de son concurrent de chez Sega : Sonic !

Le jeu n'est bien entendu pas officiel, il s'agit d'un soft pirate développé et édité à Honk-Kong.
Le gameplay est identique à un Sonic et les stages sont repris du premier jeu du hérisson bleu. Cependant, Mario à la possibilité d'effectuer l'attaque "dash", technique apparu à partir de Sonic 2 sur Megadrive.




Le prochain chapitre portera sur les références.

Repost 0
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 02:31
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



Donkey Kong n'est pas vraiment un personnage de l'univers de Mario puisqu'il n'apparait dans aucune aventure de ce dernier. En fait c'est plutôt le contraire puisque le plombier a fait ses premières armes dans les jeux du gros singe avant de battre de ses propres ailes.
Cependant les deux compères se sont recroisés à plusieurs reprises (notamment dans les simulations à la sauce Mario) et Donkey Kong est fortement lié à Mario, ce qui justifie sa présence dans ce dossier.


Donkey Kong (1983, NES)
Donkey Kong (1994, Game Boy)
Donkey Kong : NES Classics (2004, Game Boy Advance)


Adapté à toutes les sauces sur divers supports, Donkey Kong a logiquement eu droit au portage sur les 8-bits de Nintendo (NES et Game Boy) ainsi qu'une réédition sur Game Boy Advance dans la collection NES Classics.



Donkey Kong Jr. (1983, NES)


La suite directe de Donkey Kong. Cette fois-ci, Mario tient le mauvais rôle puisque à l'issu de la première aventure, il a fait prisonnier Donkey. Le joueur dirige donc le fils de ce dernier et doit sauter de liane en liane afin de déjouer les pièges du plombier et délivrer son papa.



Donkey Kong Classics (1988, NES)

Une compilation regroupant Donkey Kong et Donkey Kong Jr.



Donkey Kong 3 (1984, NES)


Dans ce troisième épisode, les phases plates-formes sont entrecoupées de séquences shoot'em up. Il est possible de jouer à deux.



Donkey Kong Jr. Math (1983, NES)


Il s'agit d'un jeu éducatif dans lequel les plus jeunes peuvent réviser leurs tables d'opérations avec Donkey Jr.



Donkey Kong Country (1994, Super NES)


La série Donkey Kong Country apporte une nouvelle dimension à l'univers du gros singe.

Il s'agit ici d'un jeu de plates-formes, fortement inspiré par Super Mario Bros et ses séquelles (les bananes remplacent les pièces et les tonneaux remplacent les tuyaux et les blocs '?'), mais apportant une nouveauté en offrant la possibilité de diriger deux personnages sur le même écran. En effet, Donkey est accompagné par son ami Diddy. Dès que l'un est touché, c'est l'autre singe qui prend le relais (lorsque les deux sont présents, il est possible de sélectionner à tout moment le singe à diriger, le second se contentant de suivre). Si le joueur perd un singe, il pourra toujours le récupérer en brisant un tonneau 'DK'.

Le scénario est assez classique : les affreux Kremlings, une bande de crocodiles menée par le Capitaine K. Rool, ont dérobé la réserve de bananes de Donkey ! Furieux, ce dernier, avec l'aide de son fidèle ami Diddy, est bien décidé à récupérer son bien et à donner une bonne leçon à K. Rool !

Nos héros évoluent à travers, entre autres, une jungle, de vieux temples en ruine, des usines désafectés ou encore des volcans.
Sur leur chemin, ils auront l'occasion de chevaucher une grenouille, une autruche, un espadon ou un rhinocéros. Pour terminer le jeu sur a 101%, il est nécessaire de découvrir toutes les salles bonus (jusqu'à trois par stage) permettant de jouer à des mini-jeux et remporter des vies.
Le système de carte du monde permet de refaire les niveaux déjà terminés mais aussi d'obtenir l'aide des différents membres de la tribu Kong : le vieux et sarcastique Cranky donnera de précieux conseils, Funky louera un avion pour rejoindre un monde déjà visité et Candy permettra de sauvegarder la partie.

Techniquement, le jeu est de toute beauté puisque la cartouche contient la puce 3D-FX pour un resultat assez impressionnant pour l'époque (le jeux est en 2D mais les sprites possèdent une certaine texture offrant un rendu 3D). Les décors sont très fouillés et variés quant à la musique et aux sons, ils collent parfaitement à l'ambiance simiesque et sauvage.

Les tonneaux auront divers fonctions : les tonneaux 'DK' évoqué plus haut, permettant de récupérer un personnage perdu, les tonneaux (en bois, chargé de TNT ou en metal) servant de projectile, les tonneaux cannon (mobiles ou fixes) propulsant Donkey et Diddy, les tonneaux de sauvegarde de mi-niveau, pratique pour ne pas recommencer le niveau au début en cas d'échec, les tonneaux d'invincibilité ou encore les tonneaux Warp Zone téléportant directement à la fin du niveau.



Donkey Kong Country (2003, Game Boy Advance)

La version GBA apporte quelques améliorations à l'original :
- Possibilité de sauvegarder n'importe où sur la carte
- Mini-jeux proposés par les membres de la tribu Kong
- Photos à collecter dans un album
- Une fois le jeu terminé, possibilité de recommencer avec Diddy seul (sans l'assistance d'un deuxième singe)
- etc.



Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest (1995, Super NES)


Pour se venger de leur précédente débacle, K. Rool et les Kremlings kidnappent le pauvre Donkey Kong qui se la coulait douce sur la plage. Diddy et Dixie vont tenter de délivrer leur ami.

Même recette que pour le premier opus, avec quelques petits changements à la clé comme la récolte des pièces 'DK' dans chaque stage et des pièces 'Kremling' dans chacune des salles bonus.
Ces objets sont primordiales pour finir véritablement le jeu. En effet, les pièces 'Kremling' servent de monnaie d'échange pour accéder au Monde Perdu. Quant aux pièces 'DK', elles servent à mesurer les capacités de nos héros et accessoirement à atteindre les 102%.

Quelques petites modifications au niveau des personnages secondaires : du côté des montures, la grenouille et l'autruche cèdent leur place à un perroquet cracheur de noix (déjà présent dans le premier épisode où il servait de lampe-torche ambulante pour éclairer nos amis l'espace d'un stage), une serpent monté sur ressorts et une arraignée capable de fabriquer des plates-formes de soie.

La famille Kong accueille Swanky, un animateur qui propose des quizzs permettant de remporter quelques vies supplémentaires ainsi que Wrinkly, l'épouse de Cranky, qui remplace Candy à la sauvegarde (et donne quelques conseils à l'instar de son aigri de mari).

Pour en revenir aux montures, de nouveaux tonneaux permettent désormais de prendre directement leur forme.



Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest (2004, Game Boy Advance)

Tout comme le premier épisode, la version GBA contient son lot de nouveautés dont les mini-jeux et la collecte de photos.



Donkey Kong Country 3: Dixie Kong's Double Trouble (1996, Super NES)


Décidemment K. Rool est rancunier ! Cette fois-ci c'est encore une fois Donkey qui en fait les frais, mais également ce cher Diddy.
Dixie est donc de corvée de sauvetage en duo avec Kiddy, un bambin à la force phénoménale.

La série reste sur sa lancée en proposant pour la troisième fois une structure identique. Une quête aux oiseaux-bananes fait office de valeur ajoutée par rapport à l'opus précédent. Ces oiseaux-bananes se trouvent dans des grottes secrêtes ou en possession d'une famille d'ours. Il faudra alors procédé à toutes sortes de trocs pour convaincre les plantigrades de céder leurs biens.

A noter l'éviction du sympathique rhinocéros, remplacé par un éléphant capable d'aspirer les tonneaux avec sa trompe et à se servir de cette dernière comme lance-eau. L'animal est cependant terrifié par les rats.

Un grand changement du côté de la carte du monde, plus vivante que les précédentes : l'accès aux différents mondes se fait par les voies maritimes (à l'aide des véhicules de Funky). Le Monde Perdu quant à lui sera à découvrir grâce aux indices divulgués par les ours. Une fois découvert, les stages seront à débloquer en achetant de la dynamite avec les pièces récoltées dans les salles bonus.



Donkey Kong Country 3: Dixie Kong's Double Trouble (2005, Game Boy Advance)

Le portage GBA est assez décevant car, hormis l'ajout de deux mini-jeux (les défis de Funky et le Dojo de Cranky), il ne propose pas d'objets supplémentaires à récolter (comme les photos dans les deux précédents opus). Cela s'explique aussi qu'il s'agit ici du meilleur jeu de la trilogie, qui était déjà assez relevé niveau challenge à la base.



Donkey Kong Land (1995, Game Boy)
Donkey Kong Land 2 : Diddy Kong's Quest (1996, Game Boy)
Donkey Kong Land 3 : The Race Against Time (1997, Game Boy)

A l'instar de Super Mario Bros et Super Mario Land, Donkey Kong Country a été décliné sur la portable monochrome sous le titre de Donkey Kong Land avec trois épisodes au compteur.

Le principe est le même que pour les version Super NES, chaque opus reprenant la trame de son homologue 16-bits.

Les limitations techniques de la Game Boy entraînent cependant des quêtes moins longues ce qui n'empêche pas une bonne durée de vie des cartouches.



Donkey Kong 64 (1999, Nintendo 64)


Sur les trace de Mario, Donkey et sa bande subissent un lifting 3D avec une aventure riche et dense. L'objectif de départ est de délivrer la tribu Kong et vaincre le boss de chaque monde. A chaque sauvetage, le personnage libéré sera jouable et possédera ses propres aptitudes et ses propres équipements (à récupérer auprès de Cranky, Candy et Funky). Les quêtes annexes sont légions et terminer un monde à 100% est assez fastidieux.

Pour affronter le boss d'un monde, il faudra avant-tout récupérer un maximum de bananes qui serviront de monnaie d'échange pour l'ouverture de la porte du gros méchant.

Le jeu fourmille d'éléments sympathiques comme par exemple une borne d'arcade permettant de jouer au Donkey Kong classique, différents modes à débloquer, ...

Cependant le jeu manque un peu de rythme par rapport à Super Mario 64.



Diddy Kong Racing (1997, Nintendo 64)
Diddy Kong Racing (200?, Nintendo DS)


Diddy Kong Racing est l'équivalent pour la famille Kong de ce qu'est la série des Mario Kart (déclinée sur toutes les consoles Nintendo depuis la Super NES) pour le Royaume Champignon.
Cependant, difficile de partager la part du gâteau avec une franchise comme Mario Kart qui pulvérise les ventes en matière de simulation de course décalée.

Diddy Kong Racing n'a donc pas continué sa route au delà de la Nintendo 64 (le jeu est pourtant très bon), mais une version Nintendo DS a été annoncée.

Wait and See.



Donkey Konga (2003, Game Cube)
Donkey Konga 2 (2004, Game Cube)
Donkey Konga 3 (2005, Game Cube)


Les singes de la famille Kong ont le rythme dans la peau ! On pouvait déjà le remarquer lors des fins de stage de Donkey Kong Country 2, ainsi que pendant l'introduction de Donkey Kong 64.
En fait, ils suffisaient de leur proposer un boeuf au lieu de les encourager à arpenter la jungle pour cueillir des bananes et assomer les Kremlings.

Mais difficile de sortir du son avec un joypad et ça, Nintendo l'a compris et invente le bongo, un tam-tam se connectant sur le port de la manette Game Cube !

Dans cette série de jeu, le joueur suit un peu le principe de Samba Di Amigo sur Dreamcast, à défaut des maracasses, il doit démontrer son habilité au bongo en compagnie des sympathiques et velus primates.

Le troisième opus n'a toujours pas vu le jour dans nos contrées (ce qui ne devrait tarder).



Donkey Kong Jungle Beat (2004, Game Cube)


Retour au jeu de plates-formes avec toutefois une originalité : Donkey se dirige au bongo ! La prise en main peut paraître complexe mais, encore une fois avec Nintendo, il n'en est rien : après une courte période d'adaptation, le joueur maîtrise les actions commandées par l'instrument.



DK : Bongo Blast (2006, Game Cube)


Après la simulation musicale et le jeu de plates-formes, le prochain opus exploitant le bongo sera un jeu de courses pas comme les autres. En effet, nos primates adorés seront munis de réacteurs et se mesureront sur des grand prix aériens.

La sortie est prévue pour la fin de l'année



DK : King of Swing (2005, Game Boy Advance)
DK : King of Swing DS (2006, Nintendo DS)



Un jeu de plates-formes/réflexion sympathique mais n'atteignant pas la qualité que Mario vs. Donkey Kong, notamment à cause d'une durée de vie assez modeste.

Une version GBA ne va tarder à voir le jour.


Prochain épisode : les apparitions de Mario et sa bande dans d'autres softs.
Repost 0
7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 02:31
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index




Vilain de service dans Super Mario Land 2, le charismatique Wario, double maléfique de Mario, va vite prendre les commandes de sa propre franchise de jeux de plate-forme suite à son lancement dans Super Mario Land 3 : Wario Land. Mais auparavant, cet être vil et cupide s'est retrouvé dans des jeux à tableaux (dont un bomberman-like) et un incontournable tetris-like.
Récemment, on retrouve Wario dans une série de jeu, Wario Ware, mettant en scène des défis sous forme de mini-jeu de rapidité, originaux et/ou complétement absurdes.
A noter que Wario est un des personnages jouables de Super Mario 64 DS et qu'il est également omniprésent dans les simulation sportives, dans les Mario Kart (sauf le premier opus sur Super NES) et certains autres jeux Mario (dont Mario & Wario vu dans le chapitre précédent).

Récapitulatif des jeux "Wario" que nous n'avons pas encore présentés :



Virtual Boy Wario Land : Treasure Of The Awazon (1995, Virtual Boy)



Ce Wario Land n'est pas connu chez nous puisqu'il fut l'un des quatorze jeux de l'éphémère Virtual Boy.



Wario Land 2 (1998, Game Boy)
Wario Land 2 (1999, Game Boy Color)



Deuxième épisode de Wario Land, cette fois-ci libéré de la franchise Super Mario Land.
Ici notre lascar ne peut pas mourir et il faudra donc user de réflexion pour se sortir d'un niveau. Le jeu existe en version monochrome et couleur.



Wario Land 3 (2000, Game Boy Color)



Le troisième épisode est réalisé sur Game Boy Color et sans conteste un des meilleurs jeux de plates-formes de la console. Wario est enfermé dans une boîte à musique et doit retrouver cinq fantômes pour en sortir.
Tout comme le second opus, Wario ne peut pas mourir.



Wario Land 4 (2001, Game Boy Advance)



Un opus Game Boy Advance de très bonne facture où l'anti-héros s'aventure dans la jungle à la recherche d'une pyramide.



Wario World (2003, Game Cube)


Le cinquième épisode des aventures de Wario a eu le privilège de sortir sur Game Cube. Le jeu est plus que sympathique mais pêche un peu par sa durée de vie.



Kaitou Wario (2006, Nintendo DS)

Prochain jeu de orienté plates-formes mettant en scène Wario. Il devrait voir le jour au Japon dans le courant de l'année sur DS.



Wario's Woods (1994, NES)

Wario's Woods (1994, Super NES)


Encore un tetris-like dans lequel Toad doit aligner des éléments à l'intérieur d'un arbre.



Wario Blast: Featuring Bomberman! (1994, Game Boy)


Wario se prend pour Bomberman et se débrouille plutôt pas mal dans ce rôle.



Wario Ware, Inc.: Mega Microgame$ (2003, Game Boy Advance)
Wario Ware, Inc.: Mega Party Game$ (2003, Game Cube)
Wario Ware: Twisted! (2004, Game Boy Advance)
Wario Ware: Touched! (2004, Nintendo DS)
Wario Ware: Smooth Moves (2007, Wii)



La série Wario Ware propose une foultitude
(plus ou moins 200 pour chacun des épisodes) de mini-jeux de rapidité complétement absurdes et déjantés (donc indispensables).

Exemple de défis à relever : dérouler du papier toilette, soigner une carrie, enfiler un fil dans une aiguille, jouer à des phases de jeux nintendo retro (Punch-Out, Super Mario Bros, ...), etc.

Les différences notables entre chaque version se retrouvent essentiellement au niveau de la jouabilité : le premier opus sur GBA ainsi que la séquelle sur Game Cube se contrôlent au pad, la version DS nécessite le stylet et le micro, la future version Wii sera probablement adaptée à la télécommande. Quant au second épisode sur GBA, encore inédit chez nous, sa cartouche  possède un détecteur permettant de prendre en compte les mouvements de la console (à l'instar de Yoshi Universal Gravitation).






Apparu dans Super Mario World, Yoshi et sa tribu ont très rapidement gagné leur place au sein de l'univers de Mario.
Le dinosaure ne tarda pas à voir fleurir des jeux le mettant en vedette, dans un premier temps des tetris-like, puis, suite au succès de Super Mario World 2 dans lequel il volait la vedette au plombier, de nombreux opus orientés plates-formes virent le jour.
Bien entendu, Yoshi est toujours omniprésent dans les softs de son ami Mario :

- Il fait une courte apparition dans Super Mario 64 (à condition d'avoir obtenue les 120 étoiles)
- Il peut être chevauché dans Super Mario Sunshine.
- On peut jouer à la chasse aux oeufs Yoshis dans le mode Yoshi's Challenge de Super Mario Advance.
- Il devient un personnage jouable dans Super Mario 64 DS.
- Bien entendu on le retrouve pilote dans tous les Mario Kart, joueur dans la quasi-totalité des jeux de sports Mario et visible dans quelques autres jeux dérivés.

Voici la liste des jeux "Yoshi" :



Yoshi (1991, NES)
Yoshi (1992, Game Boy)


Yoshi est un puzzle game qui, à l'instar de Dr. Mario tente de marcher sur les pas de Tetris.

Deux versions ont été éditées, une pour la NES et l'autre pour la Game Boy.



Yoshi's Cookies (1992, NES)
Yoshi's Cookies (1992, Game Boy)
Yoshi's Cookies (1993, Super NES)


Yoshi's Cookies succède à Yoshi avec un concept plus accrocheur qui lui valu l'honneur d'être porté sur trois consoles (NES, Game Boy et Super NES).



Yoshi's Safari (1993, Super NES)



Un jeu assez atypique. Je n'irais pas jusqu'à qualifier le genre de doom-like mais en tout cas il s'agit d'un jeu de shoot à la première personne. Le joueur chevauche Yoshi en vue subjective et rencontre tout un tas d'ennemis à dégommer à l'aide du Nintendo Scope, l'espèce de bazooka.



Yoshi's Story (1997, Nintendo 64)


Yoshi's Story est en quelque sorte la suite de Super Mario World 2 : Yoshi's Island, sauf que les Yoshis ne portent plus Bébé Mario sur leur dos. Cette fois-ci, ils doivent sauver leur terre en parcourant les pages d'un livre. L'ambiance est assez enfantine, d'ailleurs le jeu est très court et pas tellement difficile (sauf si on décide de faire un score optimal dans chacun des 24 stages où si l'on veut tenter tous les parcours menant à la fin).



Yoshi Universal Gravitation (2004, Game Boy Advance)


Un opus très original car les mouvements physiques de la Game Boy Advance influent directement sur le déroulement du jeu grâce à une puce integrée dans la cartouche.



Yoshi Touch & Go (2005, Nintendo DS)


Le jeu se déroule en deux phases : dans la première, Bébé Mario tombe du ciel et le joueur doit guider son atterrissage avec le stylet, en dessinant des nuages qui le guideront et lui permettront d'attraper des items pour marquer un maximum de points. Les ennemis peuvent être detruit en les entourants d'un nuage qui se transformera en bulle.

A l'arrivé, un Yoshi récupère Mario pour le guider sur la terre ferme. Des nuages pourront être dessinées sur son parcours pour servir de plates-formes. Yoshi pourra également vaincre les ennemis en les visant avec ses oeufs.

Le jeu est clairement un jeu de plates-formes à points où le but est de battre des records, il n'y a pas vraiment de quête puisqu'on recommence indéfiniement les mêmes phases de jeux (même si le décor peut être différent dans la seconde phase en fonction des points récoltés dans la première).

Bref, une durée de vie assez courte, sauf pour les maniaque du score optimal...



Yoshi's Island 2 (2006, Nintendo DS)



Une suite directe du chef d'oeuvre de la Super NES est annoncée sur DS pour la fin de l'année !
Les premières images sont très prometteuses.






Luigi a toujours vécu dans l'ombre de son frère. Eternel personnage du "joueur 2" dans différents opus (dont Super Mario Bros et Super Mario World), il a toutefois eu l'occasion d'avoir des rôles plus conséquents :

- Super Mario Bros 2 (The Lost Levels) : le joueur peut relever le défi d'effectuer la quête complète avec Luigi, véritable challenge car ce dernier est difficilement contrôlable.
- Super Mario Bros 2 USA : Luigi est un personnage jouable au même titre que Mario, Toad et Peach. Son atout est le saut.
- Mario Is Missing : le jeu éducatif dans lequel le joueur dirige Luigi, à la recherche de son frère.
- Super Mario 64 DS : Luigi est un personnage jouable, toujours très doué en saut. Son pouvoir spécial lui permet de passer à travers les grillages, les miroirs et les tableaux du manoir hanté.
- La série Mario & Luigi : où les deux frères se partagent la vedette équitablement.
- Dans la série Mario Kart et les jeux de sport, Luigi est systématiquement présent, présentant sensiblement les mêmes caractéristiques que son frère.

Le pauvre Luigi a totalement été éclipsé dans la saga Super Mario Land sur Game Boy, ainsi que dans Super Mario 64 (infamie rattrapée par la version DS) et Super Mario Sunshine.

Il faudra attendre la Game Cube pour voir enfin une aventure de Luigi en solo (Mario Is Missing n'étant pas vraiment une "aventure" à proprement dite).



Luigi's Mansion (2001, Game Cube)


Luigi, armé d'un aspirateur, doit évolué dans un manoir hantée pour retrouver son frère. Un survival décalé, Luigi possède une bonne palette d'émotions et on prend très vite gout à la chasse au fantôme avec l'aspirateur.
Graphiquement, on est très loin des prouesses optimales de la console (et pour cause, il s'agit du tout premier jeu sur le support) et la durée de vie est loin d'atteindre celle d'un Super Mario.
Le jeu reste assez sympathique et vaut le coup d'oeil ne serait-ce que pour son originalité.






Peach (ou Toadstool) est l'éternelle Princesse à arracher des griffes de Bowser.
Mais elle a déjà eu l'occasion de montrer ses talents d'aventurière, notamment dans Super Mario Bros 2 USA et dans Paper Mario : La Porte Millénaire.
Bien entendu présente dans la plupart des simulations marionesques, elle n'avait jamais tenu les reines d'une aventures en solo jusqu'à le tout récent Super Princess Peach sur Nintendo DS.



Super Princess Peach (2006, DS)



Super Princess Peach est un jeu de plates-formes pur. La demoiselle évolue dans des mondes rappelant ceux des Super Mario, à la recherche des deux frères plombiers (Bowser a une fois de plus fait des siennes) et armée de son ombrelle.

L'écran tactile de la console rend compte des émotions de la Princesse. Emotions qui auront une influence directe sur le déroulement du jeu.

Le jeu plaira surement aux jeunes joueuses, même si le joueur plus mâture peut y trouver son compte s'il n'est pas affligé devant la facilité du soft et si le côté rose-bonbon ne le rebute pas. Au final, un jeu de plates-formes original et de bonne facture mais à des lieux d'égaler un Super Mario.

Suite des spin-offs avec l'ami Donkey et toute sa clique !
Repost 0
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 02:31
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



En dehors de la plate-forme, le RPG, le kart et le sport, Mario s'est également illustré dans un tas d'autres genres, du tetris-like au jeu éducatif en passant par le jeu de baston ou de plateau.

Je vais donc tenter de faire une liste exhaustive de tous ces jeux, en les classant par supports (attention, les jeux mettant en vedette d'autres personnages de l'univers de Mario comme Wario, Yoshi ou encore Donkey Kong, seront traités dans les deux prochains chapitres).



NES



Wrecking Crew (1985)


Mario s'improvise chef de chantier (!!!) et doit démolir des bâtiments dans ce jeu  de plates-formes/tableaux à la Mario Bros.



Dr Mario (1990)



Visiblement, Mario a également un doctorat de médecine, à croire qu'au Royaume Champignon le corps médical est moins bien rémunéré que les plombiers.
Pour ce tetris-like, notre héros se pare de son plus beau stéthoscope et nous déballe sa collection de médocs (à en faire baver Mike Brant) pour pulvériser les méchants microbes.



GAME BOY



Dr Mario (1990)


La version monochrome du jeu précédent, qui n'a cependant jamais pu détrôner Tetris dans le coeur des adeptes de la portable.



Mario's Picross (1995)


Un autre jeu de puzzle où cette fois-ci Mario nous montrera ses talents de sculpteur sur pierre.



Game & Watch Gallery (1997)
Game & Watch Gallery 2 (1998)
Game & Watch Gallery 3 (1999)


Trois compilations contenant divers jeux Mario ayant fait la joie des possesseurs de jeux électroniques de la gamme Game & Watch. Le portage est une version améliorée (et donc pixélisée) de chacun des jeux.



SUPER NES



Mario Paint (1992)


Mario Paint est un jeu de création graphique (et même musicale) destiné au moins de 8 ans... ce qui n'a pas empêché une personne dont je tairais le nom (petite indice, il s'agit du propriétaire de ce blog) à se procurer le jeu à sa sortie et de lui vouer un culte depuis !
A l'époque le soft ne m'intéressait pas vraiment, mais grâce à la personne sus-citée, j'ai pu le tester sur le tard et me surprendre à passer des heures sur la simulation de tapette à mouches en bonus.


Le jeu est fournit avec une souris.

Pour faire plaisir à mon ami, voici quelques captures d'écran supplémentaires ;-)




Mario & Wario (1993)



Mario & Wario est un jeu de plates-formes/reflexion à tableau où notre pauvre plombier se retrouve la tête dans un seau donc complétement aveugle (c'est cette raclure de Wario qui est derrière tout ça bien entendu). Le joueur doit donc le guider Mario de tableau en tableau (le jeu est jouable avec la souris).

Cependant, le soft n'a pas eu la chance d'une sortie européenne.



Mario Is Missing (1993)


Mindscape, un éditeur américain associé au studio de développement Software Toolworks proposeront toute une gamme de jeux éducatifs dans l'univers du plombier pour les plus jeunes, reprenant le graphisme de Super Mario World.
Mario Is Missing, le premier d'entre eux, nous invite à réviser notre géographie des grandes villes avec Luigi, partit à la recherche de Mario (enlevé par... je vous le donne dans le mille... Bowser !).



Mario's Time Machine (1994)


Autre jeu éducatif Mindscape/Software Toolworks, cette fois-ci Mario voyagera dans le temps et en profitera pour nous faire résoudre des quizzs faisant appel à nos connaissances en histoire.



Tetris and Dr. Mario (1994)


Une compilation regroupant deux puzzle-games à succès : Tetris et Dr. Mario, graphiquement adapté pour la Super NES pour l'occasion.



Mario's Early Years: Fun With Letters (1994)


La série Mario's Early Years est composée de trois jeux éducatifs pour les tout-petits, toujours conçus par Software Toolworks et édités par Mindscape.
Fun With Letters propose, comme son nom l'indique, à apprendre les lettres tout en s'amusant... je comprends maintenant pourquoi Seb est une bête en orthographe (oups, j'ai cité son nom).



Mario's Early Years: Fun with Numbers  (1994)


Cette fois-ci, ce sont les nombres qui sont à l'honneur de ce deuxième volet de Mario's Early Years.



Mario's Early Years: Preschool Fun (1994)


Ici, diverses disciplines pour initier nos petites têtes blondes (enfin pas vraiment les nôtres puisque la collection Mario's Early Years n'est disponible qu'aux Etats-Unis).

A noter que les trois jeux sont jouables à la souris (celle fournit avec Mario Paint).



Undake 30 Same Game (1995)


Encore un puzzle-game, celui-ci n'a été édité qu'au Japon. Un tas d'items remplissent l'écran, le joueur doit les faire disparaître en sélectionnant plusieurs objets identiques juxtaposés (horizontalement, verticalement ou en diagonale). Le principe rappelle celui d'un des mini-jeux de Super Mario 64 DS.



Mario Super Picross (1995)


Comme son nom l'indique, la version Super NES de Mario's Picross (disponible seulement au pays du soleil levant... ça fait plus classe que de dire Japon...).



Wrecking Crew' 98 (1998)


Cette cartouche contient le Wrecking Crew original de la NES, ainsi que Wrecking Crew '98 qui se rapproche plus des jeux à la Tetris ou Dr. Mario.





NINTENDO 64



Super Smash Bros (1999)


Un jeu de baston 3D avec les personnages de l'univers Mario, défoulatoire et bien plaisant.



Dr. Mario 64 (2001)


Visiblement Mario a décidé d'ouvrir son cabinet médical puisqu'il rempile une fois de plus avec une version N64 de Dr. Mario.



Mario Party (1999)
Mario Party 2 (2000)
Mario Party 3 (2001)

Mario Party 3

Mario Party est un jeu de plateau où l'évolution se fait à coup de dé et de mini-jeux. Bien entendu le jeu est conçu pour jouer à plusieurs (même si un mode solo est disponible).
Trois opus ont vu le jour sur N64.



GAME BOY ADVANCE



Game & Watch Gallery 4 (2002)

Une quatrième compilation de jeux Game & Watch.



Mario Vs. Donkey Kong (2004)


Ce jeu est une version très évoluée du Donkey Kong classique. Mario est toujours opposé au gros singe mais cette fois-ci l'interface "jeu de plate-forme à tableaux" est complètement transcendée : Mario devra résoudre divers casse-tête (on est très loin du combo saut/échelle de Donkey Kong) qui ne se ressembleront pas d'un tableau à l'autre.
Ici, l'ami Donkey n'a pas kidnappé une jolie demoiselle mais à dévaliser une usine de poupée à l'effigie de Mario, pour sa propre collection !



Super Mario Ball (2004)


Quand Mario joue au flipper, il ne se contente pas d'être passif en appuyant comme un bourrin sur les bumpers ! Non, pour vivre le truc à fond, il préfère carrément incarner la boule ! Bref, c'est un jeu de flipper ou Mario fait office de boule quoi !
De quoi ravir Corinne Charby...



Dr. Mario & Puzzle League (2005)


Nouvelle compilation où l'on retrouve une version de Dr. Mario. Après Tetris sur Super NES, le soft est accompagné cette fois-ci de Puzzle League (un énième tetris-like).



Mario Party Advance (2005)


Une version GBA du jeu de plateau marionesque.



GAME CUBE



Super Smash Bros Melee (2001)


Attention ! Ce nouvel épisode de Super Smash Bros vaut le précédent à la puissance dix ! Avec la possibilité non négligeable de se fritter jusqu'à quatre simultanément !



Mario Party 4 (2002)
Mario Party 5 (2003)
Mario Party 6 (2004)
Mario Party 7 (2005)

Mario Party 6

La Game Cube accueille pas moins de quatre opus de la série Mario Party ! De quoi passer de longues soirées conviviales entre amis.



Nintendo Puzzle Collection (2003)

Encore une compilation de puzzle-game dans laquelle on retrouve, entre autres, l'inévitable Dr. Mario, le classique Tetris, Yoshi's Cookies, Pokemon Puzzle League, etc.



Dancing Stage : Mario Mix (2005)


Mario et ses amis nous montre ici leur talent de danseur, tu peux te rhabiller Travolta...

Le soft se joue avec le tapis de danse fournit.



NINTENDO DS



Mario Vs Donkey Kong 2 : March Of The Minis (2006)


La DS accueillera prochainement la suite du très sympathique Mario Vs Donkey Kong !



Wii



Super Smash Bros Brawl (2007)


Présenté au salon de l'E3 2006, ce nouvelle opus de Super Smash Bros semble très prometteur.



Je citerais également d'autres jeux Mario parus sur des supports Nintendo n'ayant jamais atteints les frontières de l'Europe.



64DD



Mario Artist: Paint Studio (1999)
Mario Artist : Communication Kit (2000)
Mario Artist : Talent Studio (2000)
Mario Artist: Polygon Studio (2000)

Paint Studio

La 64DD est une extension de la Nintendo 64 censée permettre à cette dernière de rivaliser avec les capacités technique de la Playstation. Après avoir été maintes fois repoussée, elle vit le jour en 1999... pour disparaître l'année suivante. Bien entendu ce bide n'incita pas l'exportation de la chose.

Durant son année d'existence, Mario investira tout de même la machine avec Mario Artist, une collection de quatre jeux de créativité, dont Paint Studio, "suite" de Mario Paint qui explose son aîné parait-il... non Seb, inutile de prendre des billets d'avion pour le Japon, la 64DD a été retirée de la vente !


VIRTUAL BOY



Mario Clash (1995)



La Virtual Boy est cette fameuse console avec écran intégré, ou le joueur devait revêtir un casque pour jouer à des jeux en relief. Ce fut le seul véritable échec de Nintendo (la 64DD n'était qu'une simple extension de mémoire à la N64, pas une véritable console). La machine n'est d'ailleurs jamais arrivée jusqu'en Europe.

Parmi les quatorze jeux sortis on trouve un Mario Tennis (que je n'ai même pas osé chroniquer dans le chapitre consacré aux sports), mais surtout Mario Clash, qui se veut une version amélioré du classique Mario Bros. Mario se balade dans les tuyauteries pour dégommer les vilains à coups de carapaces. Au total pas moins de cent tableaux... je n'imagine même pas l'état des yeux du joueur !


Prochain chapitre : les spins-off !

Repost 0
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 23:36
Deuxième semaine en compagnie de Mario avec les opus sur GBA et DS (essentiellement des rééditions), une preview sur la Wii et les incursions du plombier dans le RPG, la course automobile et divers sports avec notamment les sagas Paper Mario, Mario & Luigi, Mario Kart, Mario Tennis ou encore Mario Golf :

Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport

Le dossier sera bouclé la semaine prochaine avec entre autres le reste des jeux estampillés Mario sur consoles Nintendo, les divers saga mettant en scène les acolytes du plombier (Wario, Yoshi, Donkey Kong, Luigi ou encore Peach) et enfin les apparitions du plombier ou les références dans divers autres jeux.


Articles du 21 avril 2006 au 27 avril 2006
Articles du 14 avril 2006 au 20 avril 2006
Articles du 7 avril 2006 au 13 avril 2006
Articles du 31 mars 2006 au 6 avril 2006
Articles du 24 mars 2006 au 30 mars 2006
Articles du 17 mars 2006 au 23 mars 2006
Repost 0
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 22:56
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index


C'est sur que pour tenir le coup en traversant le Royaume Champignon à la vitesse d'un cheval au galop afin de sauver la Princesse Peach, il faut avoir une sacrée endurance !
Le secret de Mario pour tenir une telle forme ? Le sport évidemment !
Le plombier n'est pas seulement champion de karting, il est également un tennisman et un golfeur confirmés entre autres...

Nous allons passer en revue brièvement les différents opus sportifs à commencer par la série des Mario Tennis.



Mario Tennis 64 (2000, Nintendo 64)



Mario Tennis est à la simulation de tennis, ce que Mario Kart est à la simulation automobile, c'est à dire un jeu orienté arcade où la convivialité et le fun priment sur le réalisme.


Le jeu convient aussi bien aux amateurs de tennis qu'aux novices, surtout le mode multi-joueurs qui permet de convertir même les plus réticents.


La prise en main prendra un certain temps, nécessaire pour maîtriser le système de coups provoqués par un enchaînement de boutons. Un peu déroutant pour les habitués des simulations tennistiques classiques, mais cela devient vite un réflexe.



Mario Tennis (2000, Game Boy Color)


Mario Tennis sur Game Boy Color est intéressant sur bien des points.

Le jeu garde toujours son côté fun hérité de la version N64, mais est combiné avec des éléments de RPG avec l'évolution du joueur s'effectuant par l'acquisition de points d'expériences.


Cette nouveauté rehausse pour le coup l'intérêt en mode solo puisque au fil des niveaux obtenus, de nouvelles compétences seront disponibles.


Le mode d'entraînement est pour le moins original puisqu'il s'agit de mini-jeux au fil desquels le joueur apprendra à maîtriser toutes les techniques du jeu. On peut aussi s'adonner à des matchs d'exhibition ou jouer à deux (partenaires de double ou adversaires) via le câble link.

A noter qu'une vingtaine de personnages jouables est disponible, issus pour la plupart de l'univers Nintendo bien entendu.



Mario Power Tennis (2004, Game Cube)


Attention ! Autant les précédents épisodes contenaient leur dose de fun autant pour cette version Game Cube le délire est poussé à l'extrême !

Du tennis, il ne reste que les règles de bases, ici les joueurs peuvent remplacer leur raquette par des aspirateurs, des marteaux et autres accessoires farfelus et ont la possibilité d'utiliser un coup spécial en plein match. L'environnement n'est pas en reste puisqu'il est également possible de sélectionner des terrains piégés.

Le jeu propose 18 personnages jouables (dont quatre à débloquer), chacun possédant des caractéristiques qui lui sont propres.


Le gameplay est comme d'habitude intuitif et la prise en main se fait très rapidement. Les coups spéciaux permettent de dégainer une super frappe ou d'aller chercher une balle à l'autre bout du court.

Quant aux terrains, des courts classiques sont proposés mais l'une des originalités du soft est la possibilité de jouer sur des courts piégés avant entre autre un terrain mouvant, basculant au-dessus d'un étang de lave en fonction des déplacements des joueurs, un court au sein d'un manoir hanté, un autre sur l'île de Delfino avec de la boue à nettoyer ou encore un court sur tapis roulants.


Bref, les amateurs cherchant une simulation sérieuse et réaliste passeront leur chemin, les autres peuvent se jeter les yeux fermés (enfin ouvrez-les un peu quand même vous risquerez de rater quelque chose) sur ce concentré de délire et de loufoqueries pour de longues parties endiablées seul ou entre amis.



Mario Power Tennis (2005, Game Boy Advance)


La version Mario Power Tennis de la Game Boy Advance est un judicieux mix avec le Mario Tennis de la Game Boy Color (pour son côté RPG, avec acquisition de points d'expérience) et le Mario Power Tennis de la Game Cube (pour le côté fun et les règles transcendées par des parties délirantes).


Le joueur évoluera au sein de l'Académie Royale de Tennis pourra discuter avec d'autres personnages tout en s'entraîner et en enchaînant les matchs. Ce côté "scénarisé" sort un peu de l'ordinaire et permet de faire la transition entre les différentes rencontres.

Tout comme sur Game Boy Color, des mini-jeux permettant d'affiner les techniques seront à débloquer et les joueurs seront dotés d'un coup spécial hérité de la version Game Cube.


Cette version Game Boy Advance vaut vraiment le détour puisqu'elle reprend les meilleurs éléments des précédents opus. Le côté RPG donne une durée de vie plus que conséquente à la cartouche...


En attendant une version Nintendo DS de Mario Tennis, je vous propose de faire un tour vers le deuxième sport de prédilection du plombier : le golf.


NES Tournament Open Golf (1991, NES)

Un plombier italien golfeur ? On aura tout vu !

Cependant notre moustachu est plutôt doué pour ce sport de concentration et de sang froid très éloigné de ses éprouvantes aventures à travers le Royaume Champignon, de ses frénétiques courses de kart ou de ses parties de tennis endiablés.

NES Open Tournament Golf est le premier jeu de golf à la sauce Mario, sorti au Japon sous le titre original de Mario Open Golf.

Un deuxième joueur peut incarner Luigi. Par la suite le nombre de personnages jouables va considérablement augmenter.



Mario Golf (1999, Nintendo 64)




Mario Golf offre une durée de vie conséquente via de nombreux modes de jeu parmi lesquels ont retrouve les classiques tournois et séances d'entraînements. Un mode permet d'obtenir des personnages supplémentaires en se mesurant à eu à plusieurs reprises sur un parcours, le mode Ring Shot ajoute du piment à la partie en imposant au joueur de faire passer la balle à travers des anneaux.


Un mode Speed Golf consiste à terminer un parcours le plus rapidement possible. Il sera également possible de jouer à un mini-golf.


Bref, le jeu est loin d'être monotone et promet de longues heures en compagnie de la cartouche, avec une jouabilité d'une simplicité extrême pour couronner le tout.



Mario Golf (1999, Game Boy Color)



Cette version Game Boy Color se veut le pendant de Mario Golf sur N64.



Et la petite portable s'en sort avec les honneurs en proposant, tout comme Mario Tennis, un système d'évolution à base de points d'expérience.


Un très bon soft qui ravira les vieux briscards golfeurs mais aussi les joueurs ne s'intéressant pas à ce sport !

Et encore un hit !



Mario Golf : Toadstool Tour (2004, Game Cube)



La version Game Cube, quant à elle, est dans la parfaite continuité de l'épisode N64 et propose sensiblement les mêmes modes auxquels viennent s'ajouter des modes supplémentaires. Contrairement à son aîné, le point fort de Mario Golf : Toadstool Tour réside dans son côté multi-joueur puisque de nombreux modes (onze sur les treize proposés pour être exact) sont jouables à plusieurs.


Le jeu est une totale réussite et surclasse l'épisode N64 avec une durée de vie plus qu'honorable (il en faudra des heures pour relever tous les challenges proposés par le mini-DVD !)




Mario Golf: Advance Tour (2004, Game Boy Advance)



L'histoire se répète !

La N64 possédait son Mario Golf orienté arcade accompagné de son petit frère sur Game Boy Color qui lui misait sur son aspect RPG.

Quelques années plus tard, on se retrouve avec la même configuration : un Mario Golf sur Game Cube offrant un bon nombre de modes de jeux et une version sur portable (en l'occurrence la GBA) qui elle reprend le côté RPG de sa grande soeur sur Game Boy Color.

D'ailleurs exactement la même chose se produit avec les Mario Tennis.


Bien entendu, le concept de l'épisode Game boy Color est ici poussé encore plus loin, avec des graphismes et des phases de dialogues similaires à Golden Sun.

Tout comme la série des Mario Tennis, celle des Mario Golf est donc un sans faute.



Intéressons-nous à présent aux autres sports pratiqués par Mario et sa bande.




Mario Smash Football (2005, Game Cube)


Mario enfile les crampons et est bien décidé à faire mieux qu'Olive et Tom en matière de spectacle !

En effet, une fois de plus, le plombier prend les commandes d'une simulation sportive freestyle où tous les coups sont permis.

A vrai dire, les règles du football sont un peu mises de côté (même s'il faut toujours marquer plus de buts que l'équipe adverse pour espérer remporter un match). L'arbitre sera plus qu'indulgent faces aux tacles abusifs et autres bousculades.

Face aux cages, le joueur pourra également nettoyer son champ de tir à coups de bombes, de carapaces, ...


A l'instar de la super frappe de Mario Power Tennis, des tirs spéciaux spectaculaires peuvent être utilisés au cours des matchs accompagnés d'une animation du plus bel effet.

Le joueur a le choix entre huit capitaines : Mario, Luigi, Princesse Peach, Yoshi, Wario, Donkey Kong, Daisy et Waluigi plus un neuvième à débloquer. Ensuite les équipes sont complétées avec des Toads, des Birdos et autres Koopas Troopas.


L'intérêt du jeu en solo est quand même assez limité et risque de lasser très vite d'autant plus que de nombreux jeux transcendant les règles de football ont déjà vu le jour (dont le sympathique Disney Sports Football).

Cependant, a plusieurs, le tout a le mérite de rester très divertissant.



Mario Superstar Baseball (2005, Game Cube)



Ce jeu se destine surtout aux joueurs américains ou japonais chez qui le base-ball est le sport national, néanmoins, une sortie européenne est une opportunité pour découvrir ce sport mixé à la sauce Mario. D'autant plus que le jeu est dans le même esprit que les Mario Tennis et les Mario Golf.


Bien entendu le mode championnat ne sera pas le seul proposé vu qu'on retrouvera la possibilité de faire des matchs d'exhibition, de relever des challenges, de jouer à des mini-jeux et bien sur un mode multi-joueurs pour s'éclater à quatre !


Par contre on notera une durée de vie moins conséquente vu que, malgré les différents modes de jeu, on a vite fait le tour du mini-DVD.

Le jeu reste toutefois plaisant, dans la continuité des simulations sportives Mario.



Mario Basket 3 On 3 (2006, Nintendo DS)




Mario se mettra très prochainement au basket et ce sera sur Nintendo DS avec une sortie prévue pour la fin de l'année.
Le jeu proposera des matchs où s'affronteront des équipes de trois joueurs. Niveau gameplay, inutile de préciser qu'il faudra s'attendre à pas mal de surprises.



A quand un Mario Ping-Pong ?



La suite, pas demain car c'est la pause hebdomadaire mais samedi, avec un passage en revue des autres jeux Mario non cités.
Repost 0
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 22:12
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



Entre deux sauvetages de princesses, il faut bien que Mario se détende.
Les doigts de pieds en éventail, très peu pour lui ! Quand Mario se détend, il lui faut des sensations fortes, si possible entre amis (ou ennemis). Il s'adonne alors à des courses de karts sur des circuits tracés un peu partout dans le Royaume Champignon. Décidément, notre plombier a plus d'un joint dans sa tuyauterie...




Super Mario Kart (1992, Super NES)



Première tentative et coup de maître pour Shigeru Miyamoto qui recycle l'univers de son héros plombier pour l'adapter à une simulation de karting pas comme les autres mettant à contribution le mode 7 de la Super NES. En effet, ici tous les coups sont permis ! Les concurrents pourront se mettre des bâtons dans les roues sans remord... ou plutôt des peaux de bananes. Parmi les autres objets, on trouve bien sur l'incontournable champignon qui boostera la vitesse, l'étoile rendant invincible, les carapaces vertes servant de projectile, les carapaces rouges à têtes chercheuses, l'éclair permettant de rapetisser les autres concurrents, etc.

Bref, vous l'aurez compris, le jeu ne se prend pas au sérieux et la convivialité est de mise (surtout en mode multi-joueurs). Le joueur choisira parmi des pilotes comme Mario, Luigi, Toad, Yoshi, Bowser, Koopa Troopa, Donkey Kong Junior ou encore la Princesse Toadstool. Chaque personnage ayant ses propres caractéristiques (puissance, vitesse de pointe, accélération, ...).



La prise en main est quasi-immédiate. Moi qui ne suis vraiment pas doué pour maîtriser un jeu de courses, là c'est du pur bonheur. Il est possible de sauter pour éviter les projectiles ou négocier un virage mal engagé.

Niveau décor, nos concurrents évolueront sur des circuits situés dans des lieux familiers, inspirés des aventures du plombier, comme la plaine, la maison hantée, le château de Bowser, le désert, le monde enneigé, etc.


Les circuits sont assez courts et chaque course comprend cinq tours de circuit durant lesquels le but est bien évidemment de terminer en tête afin de ramasser un maximum de points pour le classement du championnat.

Concernant les modes, il y a trois catégories de grands prix : 50cc, 100cc et 150cc. La plus petite cylindrée étant le mode le plus facile bien évidemment. Un grand prix propose plusieurs championnats comprenant chacun une poignée de circuits différents.



On trouve également un mode Battle où chaque concurrent se voit doter de trois ballons d'hélium que les adversaires devront éclater. Ce mode assure des combats endiablés entre amis.

Dès lors, suite au succès de ce premier épisode, chaque nouvelle console Nintendo aura droit à sa propre version de Mario Kart.



Mario Kart 64 (1996, Nintendo 64)



La version Nintendo 64 apporte un réel progrès au niveau des graphismes et de l'animation (ce qui est logique vu que la console est deux fois plus puissante que la Super NES).

Cette fois-ci, les circuits sont beaucoup plus longs. Pour compenser, chaque course n'imposera que trois tours. La jouabilité quant à elle n'a pas été perturbée d'un poil.



Les concurrents sont : Mario, Luigi, Toad, Princesse Toadstool, Yoshi, Bowser, Wario et Donkey Kong. Les coureurs les plus polyvalents sont bien évidemment Mario et Luigi. Les autres personnages possédant des capacités prédominantes (par exemple, Toad possède la meilleur accélération mais accuse une vitesse de pointe faible, Bowser est lent à démarrer mais, une fois lancé, il surclassera tout le monde en pointe, etc.).



On notera la disparition des pièces à amasser tout au long du circuit. Pièces qui permettaient de résister aux coups dans la version Super NES (chaque coup faisait diminuer le compteur de pièces et une fois ce dernier à zéro, le coureur était neutralisé le temps de redémarrer son véhicule ).

Les décors reprennent ceux du précédent volet et offrent quelques nouveautés comme la banquise aux pingouins, la route nationale fréquentée par véhicule de tourisme et des camions, etc.



Les parties multi-joueurs (jusqu'à quatre) sont toujours aussi fun et le jeu reste un incontournable que tout possesseur de Nintendo 64 se doit d'avoir fait tourner la cartouche !



Mario Kart : Super Circuit (2001, Game Boy Advance)



La plus old school des portables offre également son Mario Kart. Le jeu reprend les mêmes personnages que la version N64.



Les trois niveaux de difficultés du mode grand prix sont toujours présents (50cc, 100cc et 150cc). Comme d'habitude, chaque grand prix offre quatre coupes différentes de quatre circuits chacune. Si les quatre trophées sont remportés, une cinquième coupe apparaîtra avec quatre nouveaux circuit. Au bout de cette nouvelle coupe le Saint Graal... ou presque : en effet, le joueur aura la possibilité de débloquer l'intégrale des courses de la version Super NES ! Que demander de mieux (hormis un panini à l'aubergine) ?



Concernant les autres modes, on reste dans le classique avec, outre le mode Grand Prix, un mode courses permettant de faire les courses seules sorties du contexte championnat et un mode contre la montre avec possibilité de sauvegarder et visionner son fantôme.
Bien entendu le câble link sera mis à contribution pour le mode multi-joueurs, jusqu'à quatre avec la même cartouche. Cependant, pour profiter pleinement de la totalité des circuits, des personnages et surtout du mode Battle, une cartouche par joueur sera requise. Comme d'habitude, le mode Battle se déroule au sein d'une arène (avec quatre arènes au choix) et consiste à éclater les ballons de ses adversaires.



Le résultat est bluffant puisque surpassant en tout point la version Super NES.



Mario Kart : Double Dash (2003, Game Cube)



Le cube préféré des gamers propose un Mario Kart comportant un lot impressionnant de nouveautés.

La première chose, c'est la présence de seize concurrents : les habituels Mario, Luigi, Princesse Toadstool, Bowser, Yoshi, Donkey Kong et Wario mais aussi Bébé Mario, Bébé Luigi, Daisy, Koopa, Paratroopa, Birdo, Diddy Kong, Waluigi et Bowser Jr. Rassurez-vous, Toad répond également présent puisqu'il fait partie des quatre personnages supplémentaires à débloquer (avec entre autres une nouvelle venue : Toadette).


Le concept de cet opus est de proposer le choix de deux personnages dans l'écran de sélection ainsi qu'un panel de véhicule originaux (kart, tonneaux, landau, voiture, etc.). Les deux coureurs choisit se trouveront dans le même véhicule : l'un prenant le volant et l'autre s'occupant de ramasser et d'utiliser les bonus (les deux sont interchangeables à tout moment).
Il est possible de composer n'importe quelle paire de personnages malgré le fait que l'on puisse classer les coureurs par couple : Mario/Luigi, Bébé Mario/Bébé Luigi, Peach/Daisy, Donkey Kong/Diddy Kong, Bowser/Bowser Jr, Wario/Waluigi, Koopa/Paratroopa et Yoshi/Birdo.

Pour équilibrer l'équipe, le joueur peut très bien choisir Bébé Mario et Donkey Kong par exemple (le choix du véhicule entre également en compte dans les caractéristiques de l'équipe).



Le puriste fera sans doute une attaque en constatant la disparition du saut, remplacé toutefois par la marche arrière, les dérapages contrôlés sont eux toujours présent. Les enjeux restent les mêmes en mode Grand Prix, si ce n'est qu'il est possible de stocker deux bonus à la fois (un par personnages), bonus parmi lesquels on trouve quelques nouveautés bien sympathiques (par exemple les bonus spéciaux spécifiques à chaque coureur).

Parmi les divers modes, outre le classique contre la montre, on trouve les incontournables mode multi-joueurs : en championnat, il est possible au choix de conduire à deux le même véhicule ou d'être concurrent (jusqu'à 16 joueurs en interconnectant les Game Cube !!!). Le convivial mode Battle proposera la classique arène avec éclatage de ballon, la bataille des Bob-omb où les concurrents s'affrontent à coup de bombes ou le mode Sunshine qui consiste à se battre pour la possession d'un soleil.



Cinq championnats sont proposés (contenant quatre circuits chacun) : la Mushroom Cup, la Flower Cup, la Star Cup et les deux coupes à débloquer Special Cup et All Cup Tour. En ajoutant le mode miroir qui permet de faire un circuit à l'envers, on obtient un bon paquets de circuits à se mettre sous la dent, d'autant plus que la variété des décors est de mise.

A noter que chaque coupe gagnée donne droit à une option à débloquer (personnage, véhicule, arène, etc.).

Un résultat une fois de plus impressionnant !



Mario Kart DS (2005, Nintendo DS)



Attention, ce Mario Kart là, c'est du lourd !

Comme d'habitude, de nouveaux circuits sont proposés, éparpillés parmi les quatre coupes dites Nitro. Ajoutons à cela quatre coupes Retro proposant un florilège des meilleurs circuits disponibles sur les quatre épisodes précédents et on n'obtient pas moins de 32 courses, chacune jouable en mode miroir.

Le saut, absent de l'épisode Game Cube, fait ici sont grand retour, accompagné d'une nouveauté de taille : le phénomène d'aspiration permettant de prendre de la vitesse lorsque le véhicule se trouve juste derrière celui d'un concurent. La marche arrière a été heureusement conservée et permet de se sortir de pas mal de pétrins.



Niveaux bonus, outre les classiques carapaces, peaux de bananes, champignons, étoiles, éclair et fantôme viennent s'ajouter une méduse crachant de l'encre sur le pare-brise des adversaires, les Bob-omb pour mieux faire décoller ces dernier ou encore le boulet de canon permettant de rattraper le peloton lorsque le coureur est à la traîne.

L'action se déroule sur l'écran supérieur, l'écran tactile permet d'afficher le plan du circuit ainsi que la position de chaque concurrent et les objets en leur possession, ce qui permet de mieux appréhender les attaques.



Concernant les modes, deux petits nouveaux font leur apparition :

Tout d'abord le mode mission comprenant six missions de neuf défis chacune : huit défis divers et variés dans un premier temps (effectuer un certain nombre de dérapage, ramasser des pièces, détruire des caisses, battre un personnage à la course, faire un tour en marche arrière, etc.), une fois ces derniers accomplis, un neuvième défi consistant à affronter un boss dans une arène fait son apparition.
La deuxième nouveautés est le mode Sunshine qui consiste à ramasser un maximum de sunshines (voir en piquer aux opposants).

Les modes versus, contre la montre et le mode Bataille de Ballons sont toujours fidèle au poste avec, dans ce dernier, la possibilité de gonfler les ballons en soufflant dans le micro de la console.



La connexion Wi-Fi permettra de jouer en ligne contre des joueurs provenant des quatre coins du globe ! Une option permet de personnaliser son propre emblème avec le stylet permettant d'avoir son identité parmi les millions de joueurs potentiels. Le mode multi-joueurs classique, quant à lui, peut mettre à contribution jusqu'à huit joueurs.

Mario Kart DS est une véritable bombe, un concentré de fun avec une jouabilité (Nintendo oblige) à tomber par terre !
Ni plus ni moins l'un des meilleurs jeux de la console.


Mario c'est également un florilège de simulations sportives. Justement ça tombe trop bien vu que c'est ce que nous allons voir dans la prochaine partie !
Repost 0
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 01:32
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



Mario s'est illustré dans bien d'autres domaines que le jeu de plates-formes. Voici donc, pour commencer, une présentation des déclinaisons RPG.



Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars (1996, Super NES)



Super Mario RPG inaugure le genre dans l'univers du plombier. La Super NES était en fin de vie, la collaboration Nintendo/Square battait son plein et a permis d'alimenter la console 16-bits en RPGs mythiques : Final Fantasy IV, V et VI, Secret Of Mana, Chrono Trigger et j'en passe. Les deux firmes décident donc de s'associer afin d'offrir un fabuleux cadeau de retraite à la console fétiche : un RPG dans l'univers de la mascotte adepte de tuyauterie et amatrice de champignon.

Malheureusement, tout comme la majorité des RPG de la Super NES, le jeu ne franchira pas les frontières européennes (le RPG explosera véritablement sur le vieux continent avec Final Fantasy VII sur Playstation).

Depuis le début de ce dossier, je m'efforce de ne chroniquer que les jeux ayant eu le privilège d'une sortie européenne. J'ai fait une exception avec la version japonaise de Super Mario Bros 2 pour la simple et bonne raison que cette dernière fut rééditée plus tard sur deux cartouches (Super Mario All-Stars et Super Mario Bros Deluxe), je ferais également une exception pour Super Mario RPG car bien qu'étant toujours inédit chez nous, le jeu s'est fait une petite réputation au sein des joueurs adeptes du plombier en salopette.



L'aventure commence dans le château de Bowser. Mario doit une fois de plus sauver la princesse et en découdre avec donc le Roi Koopa. C'est alors que survient Smithy, un extra-terrestre voulant s'approprier le royaume champignon. Du coup Bowser est expulsé de son château et n'aura pas d'autre choix que de s'associer à son pire ennemi, Mario, afin de récupérer les sept fragments d'étoiles permettant de stopper Smithy dans son élan d'ambition.


Dans Super Mario RPG, il y a donc RPG, ce qui sous-entend que la touche Square est bien présente tout au long de la partie avec tous les éléments ayant fait la gloire du genre : combats arrêtés, points d'expériences, points de magies, statistiques évolutives, gestion d'une équipe de combattants, achats d'objets et d'équipements, nuitée à l'hôtel pour se remettre de ses blessures, carte du monde, etc.

Mais dans Super Mario RPG, il y a aussi Super Mario, c'est là que l'association Nintendo/Square prend toute son ampleur. En effet, nous avons affaire à un genre hybride entre le jeu de plates-formes et le RPG. Une fois le choix effectué sur la carte du monde, l'évolution au sein des divers lieux se fait dans un décor en 3D isométriques et Mario a la possibilité d'interagir directement avec le décor en courant et en sautant sur les plates-formes (ce qui n'est pas le cas avec un RPG pur et dur). De plus, les combats ne sont pas aléatoires puisque les ennemis sont physiquement présents dans le décor. L'affrontement a lieu si Mario entre en contact avec un ennemi. Il est donc possible d'éviter de combattre, ce qui est néanmoins déconseillé car les confrontations obligatoires avec les boss risquent de poser problème si les statistiques des personnages n'ont pas évolué.

Les combats en eux-mêmes sont interactifs, dans le sens où le joueur pourra augmenter la puissance de son attaque en pressant un bouton de la manette au bon moment. De même, le joueur pourra intervenir directement pour esquiver et/ou contre-attaquer, ce qui donne un côté attractif au simple combat arrêté où le joueur reste passif suite à l'action sélectionnée pour le personnage. Pour le reste, ça reste du tour par tour classique.


Les éléments de l'univers de Mario sont bien entendu de la partie (personnages, ennemis, lieux, objets) et s'intègrent parfaitement au genre. On trouvera donc les classiques tuyaux, les fleurs et les champignons ainsi qu'une grande majorité du bestiaire habituel. Toad et Yoshi sont également de la fête.

Comme dans tout RPG qui se respecte, le joueur dirigera une équipe accompagnant Mario dans sa quête dont voici les membres (que l'on rencontrera au fur et à mesure de l'aventure) : Princesse Toadstool, Bower, Mallow le nuage et Geno le pantin de bois. Chacun possédant son histoire et ses caractéristiques propres en combat (attaques, défenses, magie, vitesse, ...).



Cette adaptation des aventures de Mario à la sauce RPG est une réussite dans l'ensemble, accusant toutefois une durée de vie peu élevé pour un RPG, de plus le jeu ne posera aucune difficulté à un adepte du genre. Les novices en RPG et les fans de Mario devraient cependant y trouver leur compte.



Paper Mario (2001, Nintendo 64)



Les RPG sur Nintendo 64 sont extrêmement rares, tellement rares que la référence du genre sur cette machine est un Mario, Square étant parti batifoler avec Sony.

Paper Mario est un jeu assez original pour ses choix graphiques : les décors sont en 3D mais les personnages sont modélisés en 2D donnant l'effet d'être découpé dans du papier (d'où le titre). Originalité qui par son côté enfantin, ravira les plus jeunes.



Niveau scénario ça reste classique : Bowser a encore fait des siennes et Mario doit délivrer les esprits étoilés ainsi que la Princesse Toadstool qui n'a encore une fois pas manqué l'occasion de se faire kidnapper.

A l'instar de Super Mario RPG, le jeu possède des aspects plates-formes puisqu'il est également possible de sauter sur les éléments du décor et même sur les ennemis (ce qui aura pour effet d'avoir l'initiative au combat), ennemis visibles à l'écran donc toujours pas de combats aléatoires.



Les combats utilisent le même principe que dans l'opus précédent : le joueur pourra interagir pour augmenter la puissance de son attaque ou pour contre-attaquer l'ennemi.

Ici Mario sera seul à mener sa quête. Cependant notre plombier pourra être accompagné par un personnage (qui ne subira aucun dommage et qui sera donc dépourvu de points de vie) qui lui portera un petit coup de main durant les combats.



Le jeu est assez facile et est surtout destiné aux jeunes joueurs, mais le tout est assez fun pour ravir les plus grands (la présence de mini-jeux rencontrés au fur et à mesure de l'aventure joue beaucoup dans la convivialité du soft), d'autant plus qu'il serait idiot de passer à côté de ce hit de la N64 !



Paper Mario : La Porte Millénaire (2004, Game Cube)



La suite de Paper Mario débarque sur Game Cube pour le plus grand bonheur de tous !
Les principes de l'épisode précédent sont ici repris et améliorés pour la plupart.

Mario doit ici trouver les sept gemmes permettant d'ouvrir La Porte Millénaire. Les personnages sont toujours de papier et cette fois-ci le père Mario sera pliable et pourra se changer par exemple en avion de papier, en bateau ou encore se mettre en boule et de passer entre les barreaux d'une grille de par sa fine épaisseur.



Le côté RPG se traduit de la même manière que pour Paper Mario à savoir les ennemis présents sur l'écran que l'on peut éviter ou provoquer (d'un coup de marteau ou d'un franc piétinement), des combats interactifs, des personnages venant se joindre au plombier pour l'aider dans sa quête (lors de certaines phases, il est même possible de diriger la Princesse Toadstool ou Bowser), ...



L'arène de combat, quant à elle, prend place sur une scène de théâtre. Le public huera ou applaudira selon les actions effectuées, mais cela va encore plus loin puisque si le joueur met du temps à se décider, le public s'agacera et lui enverra des projectiles qui lui feront subir des dégâts. De même que le décor pourra être saboté par un ennemi et s'affaisser sur nos héros. Ces petites nouveautés ajoutent du piment durant les combats et il faudra être vigilant aux éléments extérieurs en plus des adversaires.



Le jeu est bien plus difficile que son homologue N64, sans toutefois atteindre la durée de vie d'un RPG pur jus. Il faudra tout de même une bonne vingtaine d'heures pour en venir à bout, bien plus en comptant les quêtes annexes !

Un incontournable de la console cubique à l'ambiance plaisante et conviviale !



Super Paper Mario (2006, Game Cube)



J'ai un peu hésité avant de mettre cette petite avant-première de Super Paper Mario sous la rubrique RPG.
En effet, même si le style graphique est repris des précédents opus de Paper Mario, il semblerait que le côté plate-forme soit prédominant. Mais bon, je préfère ne pas dissocier les épisodes de la saga Paper Mario donc il a tout à fait sa place dans cette partie de ma chronique.



D'après les images mises à disposition, qui annoncent d'hors et déjà un soft époustouflant, le joueur pourra incarner Mario, Peach ou Bowser.



Le jeu verra le jour sur Game Cube et sa sortie américaine est prévu pour la fin 2006. Il ne nous reste plus qu'à harceler Nintendo France pour une distribution hexagonale dans la foulée !





Mario & Luigi : Superstar Saga (2004,  Game Boy Advance)



Mario et le RPG c'est aussi sur console portable ! Avec ici une franchise dans laquelle le plombier partage la vedette avec son frère Luigi.

Mario & Luigi : Superstar Saga apporte sa touche d'originalité par rapport aux Paper Mario et autre Super Mario RPG avec un gameplay permettant le travail d'équipe, que ce soit au niveau des phases plates-formes que pendant les combats. D'ailleurs la plupart des énigmes devront être résolus en unissant les compétences des deux frères.

Le jeu est cependant mono joueur, les actions de chacun des personnages sont commandées par l'un des deux boutons de la Game Boy Advance (avec une éventuelle sélection de la commande via l'une des deux gâchettes).

L'histoire est quant à elle assez originale : un gros vilain (qui n'est pas Bowser pour une fois) vient de dérober la voix de la Princesse Toadstool à des fins destructrice. A bord de la Tortue-Jet de Bowser, Mario et Luigi se rendent au royaume de Végésia pour récupérer l'organe de la belle princesse.



Mario et Luigi seront donc indissociables tout au long de l'aventure (excepté lors de la résolution de certaines énigmes) et devront traverser toutes sortes de territoires avant la confrontation avec le gros méchant et son serviteur (désolé, ils ont des noms à coucher dehors que j'ai du mal à retenir).

Au fur et à mesure de leur quête, les deux frères se verront doter de nouvelles capacités :

- Luigi pourra à terme effectuer des super sauts en s'aidant du crâne à Mario, s'enfoncer dans le sol pour passer sous une porte ou pour déterrer des pois.
- Mario, perché sur les épaules de son frère, pourra effectuer une vrille permettant d'atteindre des plates-formes inaccessibles par un simple saut. Le plombier pourra réduire sa taille et se faufiler dans les trous et autres passages étroits et aura la possibilité d'emmagasiner une réserve d'eau conséquente pour pouvoir la recracher (utile pour éteindre les incendies).



Très vite, Mario et Luigi obtiendront un marteau chacun qui leur servira à briser des rochers pour se frayer un chemin, mais aussi à combattre car certains ennemis terrestres seront invulnérables au saut (attention nos héros peuvent s'y piquer parfois), tout comme les ennemis aériens qui ne broncheront pas face aux coups de marteau.

Plus tard, les deux frangins auront la possibilité de générer une boule d'énergie aux multiples propriétés (utiles sur le décor et en combat, tout comme le marteau).

Les points de magies sont remplacés par les points frères, utilisables pour effectuer des attaques unis via des combos appris au cours de la quête.



Niveaux équipements, les différentes salopettes permettront d'augmenter les statistiques des deux compères et les badges (également présents dans les Paper Mario) leur donneront des capacités spécifiques.

Comme les précédents opus RPG, le tout baigne dans l'univers Mario traditionnel avec son bestiaire, ses personnages, ses items et ses lieux.

Les combats se déroulent de la même manière si ce n'est les possibilités offertes par les points frères.

Le jeu est assez long mais souffre d'une certaine linéarité tout au long de l'aventure, renforçant le côté plate-forme mais handicapant quelque peu le côté RPG qui offre habituellement beaucoup plus de liberté. Heureusement, les énigmes sont plaisantes et le jeu est très convivial.



Mario & Luigi : Partners in time (2005, Nintendo DS)



La suite de Mario & Luigi : Superstar Saga ne tarde pas à voir le jour, cette fois-ci sur DS !

Le Professeur K. Tastroff a inventé une machine à voyager dans le temps. La princesse Toadstool profite de l'opportunité pour visiter le Royaume Champignon d'antan. Malheureusement, elle est faite prisonnière par l'horrible Princesse Xhampi et ses sbires. Xhampi est une extra-terrestre venu prendre possession du Royaume Champignon passé.

Suite à cette expérience spatio-temporelle, des failles, permettant de rejoindre le passé, apparaissent un peu partout dans le château. Mario et Luigi s'en serviront pour partir à la recherche de la Princesse et remettre de l'ordre dans le Royaume d'antan afin d'éviter les répercussion dans le présent.

En chemin ils rencontreront leurs homologues encore bébés avec lesquels ils s'uniront pour mener à bien leur quête.

Le nombre de personnage est donc ici doublé !
Les bébés étant en permanence sur le dos de leur double adulte (aussi bien pendant l'aventure que pendant les combats), mais auront la possibilité de se séparer en deux équipes afin de résoudre la majorité des énigmes.



Les points frères ont disparus, remplacés par des objets utilisables en équipe durant les combats (carapaces, fleurs, canons, etc.). Mis à part ce détail, les affrontements sont pratiquement identiques, si ce n'est que lors des combats mettant en scène les quatre personnages, les actions sont réalisés par équipe de deux (les deux Mario ou les deux Luigi) : à chaque tour, il est donc possible d'asséner deux coups à l'ennemi (pour les attaques sautées) ou un coup puissant (pour les attaques au marteau).

Chaque équipe apprendront divers capacités qui leur seront propres :

- Les bébés pourront utiliser les marteaux, s'enfoncer dans le sol pour récupérer les fèves et passer sous les portes, cracher de l'eau après avoir fait des réserves dans le corps de Bébé Mario, se faire aplatir pour se faufiler dans des passages étroits et voler en entrant en contact avec la vrille de leurs homologues adultes.
- Les adultes quant à eux auront dont droit à la fameuse vrille, pourront effectuer de grands sauts et auront la possibilité de se mettre en boule pour aplatir les marmots et imiter Sonic en fonçant à toute berzingue !



L'écran supérieur de la DS affichera soit la carte des lieux, soit les actions parallèles des bébés en cas de séparation momentanée (les adultes investissant l'écran tactile).

Pendant les combats, l'écran supérieure sera réservé aux ennemis qui l'investiront selon leur capacités (appel de renforts, attaques spécifiques, etc.).

Du fait de la disparition des points frères qui nécessitaient une bonne synchronisation des boutons (l'utilisation des objets est beaucoup moins fastidieux), la prise en main des phases de combat est beaucoup plus simple et effectuer des actions avec les quatre personnages deviendra vite un réflexe.




Par contre, le jeu souffre toujours de cette linéarité. A aucun moment le joueur confirmé ne se retrouvera bloqué, à errer à droite ou à gauche à la recherche d'une solution. Le jeu est par ailleurs plus court que son homologue Game Boy Advance. Seules les combats réhaussent la difficulté du soft : certains boss sont très coriaces et le joueur devra mettre à contribution son sens de l'observation pour trouver les failles et esquiver les attaques.

Un petit bémol pour le scénario qui n'exploite pas assez (voir pas du tout si ce n'est à une reprise) les répercutions des actions dans le passé sur le présent et les paradoxes temporels inhérents à ce genre d'histoire à base de voyages dans le temps.

Malgré cela, le jeu est fabuleux et se doit de figurer dans la ludothèque de tout possesseur de Nintendo DS !



Prochaine partie : la saga Mario Kart !
Repost 0
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 01:32
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index




NINTENDO Wii



Super Mario Galaxy (2007)




La Nintendo Wii (ex Revolution), dérnière machine de Nintendo, devrait débarquer chez nous à la fin de l'année 2006.

Cette partie sera assez courte dans un premier temps car à ce jour, l'avenir de Mario sur cette console n'est pas connu... ou presque car lors de l'édition 2006 du salon de l'E3, Nintendo a présenté une démo d'un nouveau Super Mario, qui s'annonce révolutionnaire.

Super Mario Galaxy (titre provisoire) fera évoluer Mario dans l'espace, de planète en planète afin de récupérer des étoiles (100 au total).

Pour le moment, peu d'informations outrepassant le niveau en démonstration ont filtré, si ce n'est un gameplay plus qu'original : en effet, quelques mouvements avec la manette-télécommande permettront de prendre en main le plombier qui s'improvise astronaute (si mes souvenirs sont bons, son dernier et unique voyage dans l'espace remonte à Super Mario Land 2).

Le jeu changera donc la conception du jeu de plates-formes 3D et fera date à coup sûr au même titre que Super Mario 64 à son époque.



Les chanceux ayant pu tester la chose sont visiblement très enthousiastes. Le jeu devrait voir le jour courant 2007, mais vu le perfectionnisme de Shigeru Miyamoto, rien n'est certain.

Par contre le projet Super Mario 128, arlésienne annoncée sur Game Cube depuis des années ne verra jamais le jour pour le coup (mais bon on s'en doutait).





L'inventaire de la saga originale est donc terminé, lors de la deuxième partie de ce dossier je traiterai des spin-offs et autres jeux dérivés de l'univers du bon vivant et prévoyant moustachu, a commencer par ses incursions dans le monde du RPG.
Repost 0
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 00:12
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



NINTENDO DS




Super Mario 64 DS (2004)



Mario était au rendez-vous pour le lancement de la Nintendo DS ! Toutefois, il s'agit une fois de plus d'un remake, mais la valeur ajoutée est ici énorme !
Tout d'abord, le jeu a totalement été retravaillé pour s'adapter au double écran. D'ailleurs, il s'agit de l'une des rares cartouches de la DS à utiliser toutes les facettes de l'écran tactile.

Commençons tout d'abord par les nouveautés du jeu en lui-même :

Mario ne sera plus seul, il fera désormais équipe avec Luigi, Wario et Yoshi. Ce dernier aura d'ailleurs l'honneur de récupérer seul les premières étoiles, les trois autres ayant été fait prisonniers par Bowser à l'instar de la Princesse Peach et pourront être délivrés au cours du jeu. Une fois le personnage délivré, il est possible de le sélectionner.



A noter que même si une mission nécessite un personnage précis qui n'est pas celui en jeu, ce dernier pourra revêtir, dans certains cas, une casquette (trouvable sur la tête d'un ennemi ou posée au sol quelque part dans le niveau) lui permettant de se métamorphoser en un autre personnage (et donc avoir les mêmes propriétés que ce dernier).
Cela ne fonctionne bien sur que pour les personnages "à casquettes", il n'est pas possible de se métamorphoser en Yoshi.

Bien entendu chacun des personnages à ses caractéristiques propres :

- Yoshi peut avaler les ennemis et les métamorphoser en oeufs (ou alors les recracher) afin d'être utilisable comme projectiles. Le dinosaure peut également se propulser légèrement dans les airs (comme dans Super Mario World 2) et avaler une flamme pour la recracher sur un gros vilains ou sur un glaçon. Cependant, il lui est impossible de briser les briques rouges (et encore moins les noires), ni même de détruire certains ennemis.
- Mario possède les mêmes caractéristiques que sur la version N64, tout comme dans Super Mario Bros 2 USA, c'est le personnage idéal pour toutes actions. Toutefois il ne pourra pas briser les briques noires (seulement les rouges) mais sera le seul à pouvoir faire la course avec Koopa Rapido et à pouvoir atteindre la tour du château, ultime repaire de Bowser.
- Luigi peut sauter très haut et atteindre directement des lieux pour lesquels les autres personnages devront faire un détour, il peut également flotter un très court instant dans les airs (pour ce genre d'exercice, mieux vaut prendre Yoshi cela dit, ou alors se servir du saut arrière) et marcher sur l'eau un très court instant également (pour ma part cette fonction ne m'a jamais été utile). Son saut arrière, lui permet d'atterrir lentement en vrille, et donc de voler un petit moment (très pratique pour atteindre des plates-formes lointaines). Comme son frère, il peut seulement briser les briques rouges.
- Wario ne saute pas très haut et est plutôt lent par rapport aux autres personnages. Cependant, il pourra détruire n'importe quelles sortes de briques (rouges ou noires).



L'interrupteur vert et l'interrupteur bleu à actionner dans la version N64 ne sont plus. Seul l'interrupteur rouge demeure et permet de matérialiser la totalité des blocs invisibles du jeu. Cependant les items contenus (des fleurs ou une plume pour Mario dans certains cas) ont des effets différents sur chacun des personnages (dans la version précédente, les différents effets dépendaient de la couleur des blocs, ceux-ci ayant désormais une couleur unique) :

- Yoshi se changera en cracheur de flammes
- Luigi pourra devenir invisible (pouvoir de la casquette verte sur N64) et passer à travers les miroirs, le grillage, les murs de glaces, les flammes et certains tableaux
- Wario se changera en métal (pouvoir de la casquette bleue sur N64) et pourra marcher au fond de l'eau, deviendra invulnérable au feu, pulvérisera tout ennemi sur son passage et ne subira aucun vent violent.
- Quant à Mario, il aura droit à deux items différents selon les cas (les autres personnages n'ont droit qu'à la fleur) : la plume, qui lui permettra de voler (pouvoir de la casquette rouge sur N64) et la fleur qui le changera en ballon d'hélium et lui permettra de s'élever dans les airs. Ce sont deux compétences de vol : la première sera utile pour récupérer des pièces ou atteindre une plate-forme lointaine en se déplaçant dans les airs horizontalement, de façon rapide et maniable (pour peu que l'on maîtrise le truc), tandis que la deuxième servira surtout à atteindre des lieux en hauteur (le déplacement étant assez lent et peu pratique pour les changements de direction).



Un nouvel item fait également son apparition, enfin pas vraiment nouveau car il est au premier plan de nombreux épisodes de Super Mario mais cruellement absent lors du passage en 3D : le fameux champignon rouge. Ce dernier permet d'obtenir une taille gigantesque rendant le personnage invincible durant un certains laps de temps afin de détruire ennemis et éléments du décor et amasser de nombreuses vies supplémentaires.

Concernant les lieux à visiter, il y a également du nouveau : trois stages au bout desquels une confrontation avec trois nouveaux boss permettra de délivrer Mario, Luigi et Wario, un stage ensoleillé sur une plage paradisiaque, clin d'oeil à Super Mario Sunshine (d'ailleurs le thème musical de ce dernier y est repris) et un stage accessible via le jardin du château. Les 15 mondes, quant à eux, contiennent chacun une étoile supplémentaire à récupérer, de même pour les trois repaires de Bowser, les stages auparavant destinés aux interrupteurs et le niveau au-dessus des cieux. Si on décompte les étoiles contenues dans les nouveaux stages, celle cachée derrière une porte fermée à clé (clé obtenue en attrapant les huit lapins d'argent) ainsi que celle obtenue suite à la quête aux huit pièces rouges du château, on n'obtient pas moins de 30 étoiles supplémentaires ! Ce qui rallonge pour le coup la durée de vie... enfin plus ou moins car d'un autre côté, beaucoup d'éléments ont été rajoutés pour faciliter la vie du joueur : disparition de certains ravins notamment dans la Forteresse de Whomp ou dans l'horloge, nouveaux items comme le ballon d'hélium ou le champignon rouge, présence d'arbres permettant d'atteindre des plates-formes en évitant de faire un grand détour, plates-formes pouvant être atteintes facilement par certains personnages comme Luigi et Yoshi, présence du hibou dans de nombreux niveaux, permettant de survoler le lieu et d'atterrir sur les plates-formes difficiles d'accès, etc.

Une nette amélioration au niveau des graphismes, moins carrés que dans la version N64, les personnages paraissent plus vivants (Bowser en tête, version plus fidèle du Bowser 2D) et les mouvements plus fluides. La gestion de la caméra a également été modifiée, elle n'atteint pas la totale liberté de Super Mario Sunshine mais a le mérite de gommer la plupart des défaut de Super Mario 64.



L'action se déroule sur l'écran supérieur, l'écran tactile proposant le plan des lieux et la position du personnage sur ce plan.

La maniabilité, quant à elle, est assez innovante.
Il existe trois modes :
- La classique croix directionnelle, que je vous déconseille car très peu pratique sur un jeu 3D, et nécessitant d'un bouton supplémentaire pour permettre au personnage de courir (bouton qu'il faudra donc presser en permanence).
- Un mode permettant d'utiliser la croix directionnelle ou l'écran tactile
- Et un mode complètement tactile (pour ma part j'utilise ce dernier).

Le mode tactile pourra être utilisé avec la dragonne (les plus téméraires pourront également essayer le stylet). La pression sur l'écran fera apparaître une petite cible autour du doigt. Pour faire avancer le personnage, le doigt devra donc glisser sur cette cible, le mouvement pris en compte correspondra à la direction imprimée par le doigt sur la cible. Concernant la vitesse de déplacement, celle-ci correspondra au divers zones de la cible : au centre, le personnage sera à l'arrêt, au milieu il marchera et à l'extrémité il courra. Il y a bien sur des déplacements intermédiaires (pas à pas, trot, ...) selon le positionnement du doigt sur les différentes zones de la cible.

Question bonus, le joueur sera servit.
En effet, pas moins de 36 mini-jeux sont déblocables en attrapant les lapins se promenant dans le château et ses alentours. Chaque lapin, possède une clé ouvrant un tiroir de la commode de la salle de jeu (située dans une toute nouvelle salle du château).



Chaque personnage devra trouver et attraper sept lapins, de couleurs différentes : jaune pour Yoshi, rose pour Mario, vert pour Luigi et rouge pour Wario.
Il y a donc en tout 28 lapins, débloquant 28 mini-jeux, les huit autres jeux étant disponibles dès le départ.

Chaque jeu se joue au stylet et l'action se déroule la plupart du temps sur les deux écrans. Il y a quatre catégories de jeux (une par personnage) : les jeux de Yoshi sont pour la plupart des jeux d'observations (visuel ou auditif), ceux de Mario sont plus orientés plate-forme et arcade, Luigi propose quant à lui des jeux de cartes et de hasard et Wario des jeux de tir ou de lancer. Bref des jeux très sympathiques, sur lesquels le joueur passera de nombreuses heures à battre des records et qui augmentent l'intérêt de se procurer la cartouche.

Un mode multi-joueurs est également présent, les joueurs sélectionnent un niveau (extérieur du château, plage, toboggan, plaine, ...) et doivent récupérer les étoiles du niveau en un temps limité.



Une interface de dessins est également intégrée à la cartouche, permettant de faire quelques gribouillis au stylet puis d'animer le tout. Cela rappellera à certains les joies de Mario Paint sur Super NES (petit clin d'oeil à Seb de sebolavit au passage hin hin hin :p).




New Super Mario Bros (2006)



Le 30 juin 2006, nous, européens, aurons droit à une toute nouvelle aventure de Mario sur Nintendo DS !



Autant dire que l'attente fut longue puisque la Game Boy Advance n'avait pas eu droit à son Mario original.



Il s'agit ici, d'une aventure 2D à scrolling horizontale qui se veut très old school dans son gameplay mais dont les graphismes au rendu 3D, rappellent ceux de Super Mario 64 DS.



Il semblerait que le jeu soit assez long (80 niveaux annoncés) et que des mini-jeux seront à nouveau de la partie !



Pour le moment, je vous laisse avec ces quelques captures d'écran, je chroniquerai le soft dès la sortie européenne... à moins que je ne craque pour la version américaine... en tout cas, aussi pressé que je le suis, j'éviterai la version japonaise, je ne voudrais pas passer à côté de toutes les subtilités du scénario (© Stragus).




La suite avec une petite preview sur la future Wii.
Repost 0

Derniers Articles