Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vas-Y Cherche !

Les Archives

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 23:59

vernissagePAO1

20/11/2010 – Premier Vernissage Pixel Art Obscur (First PAO varnishing)
 

 

Le Pixel Art Obscur était à l’honneur en ce samedi 20 novembre 2010, date historique pour tous les amateurs d’art underground.

En effet, à l’initiative de MonsieurPaulLeBoulanger, pixel artist obscur actif s’étant chargé d’organiser l’évènement, le premier vernissage Pixel Art Obscur s’est tenu en grande pompe (et pourtant je ne chausse que du 43) à Lyon.

 

Le public présent, trié sur le volet parmi le gratin lyonnais et  également dauphinois, était essentiellement néophyte en la matière, si ce n’est la présence marquée de deux autres artistes invités de choix : Quatrelle sans elles et votre serviteur (pour ceux qui ne suivent pas : moi-même alias Le morse des mers et vice versa : Le morse des mers alias moi-même, ça marche dans les deux sens).

 

 

vernissagePAO7

Du beau monde pour un bel événement !

 


Les oeuvres exposées, minutieusement sélectionnées par un jury d’experts, étaient signées pour la plupart des trois artistes présents, excepté quelques créations de Discobilly (dont la mention de licence Creative Commons cc-by-sa est clairement stipulée à même les oeuvres) afin de mettre en exergue deux techniques de composition bien distinctes : souris ou trackpad et logiciel basique sur PC classique / crayon optique et palette graphique sur tablette électronique.

 

vernissagePAO8

Les amateurs d'art étaient en émoi devant tant de superbe !

 

 

La soirée se présentait sous forme d’expovente : en effet, l’organisateur, dans son humble bonté, permettait aux invités de s’offrir les oeuvres exposées pour la modique somme symbolique de un (1) euro, hormis toutefois une oeuvre fixée à 1,50 € et une autre non vendable.

 

L’évènement fut un succès car outre les nombreuses réactions très positives sur les oeuvres présentées, pas moins de sept d’entre elles ont pu trouver acquéreurs.

 

 

vernissagePAO2

Moment solennel et historique : immortalisation de la toute première vente d’une oeuvre PAO (félicitations à Discobilly)

 

 

vernissagePAO3

« La putain de Sarras » a trouvé un foyer d’accueil…

 

 

vernissagePAO4

…« La putain de Samer » également
 

 

Afin de mettre à l’aise artistes et amateurs d’art, le champagne fut servi à flot (avec un débit assez impressionnant il faut avouer) et le buffet était à volonté… notons également la présence surprise de... Kinder Surprise à quantité très limitée toutefois puisque il a fallu priver une jeune enfant (probablement l'unique grande perdante de la soirée) pour satisfaire la gourmandise d'invités connaisseurs et très délicats en la matière.

 

Bref une importante panoplie avait été déployée, dont un habillage sonore de grande qualité (pas de Michel Sardou donc…), afin que les oeuvres puissent être appréciées dans les meilleures conditions possibles.
 


vernissagePAO5

Composition originale à partir de cadavres de champagne et de Kinder Surprise issue d’une collaboration entre Quatrelle sans elles et Le morse des mers

 

Pour terminer, n’oublions pas de saluer l’excellente initiative de MonsieurPaulLeBoulanger qui a supervisé les moindres détails de A à Z, logistiques, techniques et alimentaires, avec son épouse MadamePauletteLaBoulangère.


Le couple a d'ailleurs annoncé que tous les bénéfices de la soirée seraient intégralement reversés aux artistes, malgré le fait que les oeuvres soient toutes sous licence libre (cc-by-sa) autorisant l’exploitation commerciale. Un geste d'une infime générosité !

 

 

vernissagePAO6

Emotion forte au rendez-vous face au résultat de l'accomplissement de toute une vie d'artiste

 

 

Au vu de l'engouement suscité par le projet, la prochaine édition ne saurait tarder...

 

 

Voici la liste des oeuvres exposées (format 10*15cm), classées par artiste :

 

 

Quatrelle sans elles


Discobilly


MonsieurPaulLeBoulanger


Le morse des mers

 

 

Quelques liens utiles :

 

Repost 0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 19:22

La section "Le mur à hiéroglyphes" avait autrefois été créée dans le but d'exposer les chefs d'oeuvre de nos amis tagueurs, en mettant surtout en avant le message diffusé et ses interprétations possible en faveur de l'esthétique du tag.
La rubrique s'élargit désormais en accueillant toutes formes d'art underground sur le même principe . 

 

Et on démarre très fort avec une petite visite guidée d'une galerie complète de ready-made consacrée à un objet de la vie courante mais néanmoins fascinant : le moellon.
 
Historique du moelloning
 
Au départ, rien ne prédestinait un ready-made aussi modeste que "Moellon" de Shangri-l (artiste underground aux multiples facettes) de devenir le fer de lance d'une série d'oeuvres dérivées. Mais c'était sans compter le génie de son auteur qui perçu rapidement le potentiel de sa création en lançant le Projet Moellon.

 

Le principe de ce projet est avant tout de revendiquer le moellon comme objet à la mode, parallèlement à l'explosion du marché de l'immobilier et, par extension, du secteur BTP, premier utilisateur de moellons, qui subit une croissance indécente jusqu'à la crise des subprimes.  

 

Outre ce reflet contemporain, le Projet Moellon a également pour vocation de développer une tendance artistique appelée "moelloning", sous-mouvement très spécifique du ready-mading prenant l'oeuvre "Moellon" comme base pour la décliner sous toutes ses formes : en clair, une composition issu du moelloning doit obligatoirement mettre en scène un ou plusieurs moellons, entiers ou non (une création ne comportant qu'une partie d'un moellon peut être considérée comme du moelloning si le morceau en question est aisément identifiable en tant que partie de moellon).
 
Afin de promouvoir le moelloning dans le cadre du Projet Moellon, Shangri-l décide de créer une galerie virtuelle : The Moellon Project Page
 
La première oeuvre dérivée de "Moellon" est "Moellon 2" (toujours réalisée par Shangri-l). A la base, il s'agissait d'une commande d'un certain Flure, qui voulu s'offrir une instance de "Moellon" pour son utilisation personnelle pour la modique somme de 1 € 22 (la légende affirme cependant que l'heureux acquéreur ne serait jamais venu retirer sa commande...).
 
Le hasard voulu qu'à cette période j'étais en plein dans des travaux de maçonnerie et que je stockait dans ma cave de nombreux moellons. C'est ainsi que je me suis lancé corps et âme dans la moelloning en réalisant toutes une série d'oeuvres dérivées sur une période d'environ deux mois contribuant ainsi activement au Projet Moellon en alimentant la galerie.
 

Tour d'horizon du Projet Moellon
 

En exclusivité, voici une petite visite guidée de ce fameux projet (vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir).

 


"Moellon" by Shangri-L

 

Oeuvre a l'origine du Projet Moellon et qui donna naissance au moelloning, elle se distingue par un subtil contraste de simplicité et de mystère.

 

 

 

 

 

 

 

"Moellon 2" by Shangri-L 

 

Seconde instance de "Moellon", son originalité tient dans la mise en évidence de la dédicace de son auteur (en général beaucoup plus discrète sur la plupart des autres oeuvres d'art).
C'est aussi le seul ready-made issu du moelloning à avoir été estimé (1 € 22).

 

 

 

 


"12 moellons" by Le morse des mers 

 

Ici, ce sont les instances 3 à 14 qui sont mises en scène, il s'agit là de ma première incursion dans le moelloning.

 

 

 

 

 

 


"Moellon 13" by Le morse des mers 

 

Le titre peut être trompeur car il ne s'agit pas d'une instance de moellon mais d'une oeuvre dérivée puisque le matériau d'origine a été modifié. J'avoue que j'ai été très provocateur ici puisque je met en scène un moellon brisé condamné à tenir une bâche de plastique recouvrant un tas de terre végétale.  
Ce qui va à l'encontre de l'utilisation standard d'un moellon, je l'admet, mais un artiste se doit de briser les codes pour évoluer dans son art. Quant au titre : il s'agit simplement du 13ème moellon en ma possession (les 12 autres étant représentés sur la précédente composition).

 

 


"Clôture de moellons" by Le morse des mers  

 

On revient ici à quelque chose de très classique, voir même un peu trop prétentieux puisque je présente ici ma toute première réalisation en maçonnerie (en collaboration avec un maçon professionnel).

 

 

 

 


"Ecran affichant une oeuvre Pixel Art Obscur intitulée 'Un moellon pour les gouverner tous' " by Le morse des mers

 

Ma création Pixel Art Obscur "Un moellon pour les gouverner tous" n'a pas pu être retenue dans le cadre du Projet Moellon car, d'après le règlement, seuls les ready-mades peuvent intégrer ce projet.

Qu'à cela ne tienne, il m'a suffit de jouer sur les nuances et transformer le Pixel Art Obscur (oeuvre infographique) en ready-made (écran affichant un Pixel Art Obscur).

 

 

 


"Trouble Broken Moellon" by Le morse des mers

 

Une oeuvre très forte car c'est celle qui se rapproche le plus de la perfection esthétique de "Moellon". Je la considère même complémentaire puisqu'elle représente un moellon en fin de vie (l'originale met en scène un jeune moellon n'ayant pas encore baigné dans la maçonnerie)

 

 


"Moellon on the rock" by Le morse des mers  

 

Le moellon est ici représenté dans toute sa puissance. Surélevé à l'aide d'une grosse pierre, il semble en position de domination.

 

Mais le moellon n'est pas seulement un symbole de force, c'est aussi un objet funambule aussi agile qu'un singe. Admirez donc cette prouesse équilibriste.

 

Magnifique (sans fausse modestie) !

Toujours est-il que ce fut une oeuvre très difficile à réaliser...

 

 

 

 


"Lighting Moellon under a water bottle" by Le morse des mers  

 

Cette oeuvre démontre une autre facette du moellon qui peut être à la fois un objet plein de vitalité (symbolisé par la bouteille d'eau) et un objet à l'aura divin (mis en avant par l'éclairage).

 

 

 

 


"Trois bières et un moellon" by Le morse des mers


Après de nombreuses oeuvres avant-gardistes, j'ai voulu me réconcilier avec les maçons en mariant deux types d'objet qu'ils affectionnent.
On peut aussi voir dans cette création, le côté convivial du moelloning en conciliant travail éprouvant et détente, ce qui nous ramène à la célèbre maxime de l'ancien tennisman Pierre Barthès : "Après l'effort le réconfort".

 

 


"Totem Moellon" by Le morse des mers  

 

On a rarement l'occasion d'empiler les moellons de la sorte, sans doute par souci de sécurité.

Et pourtant on remarque que cette méthode de rangement est beaucoup plus économique en espace de stockage.

A méditer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Cruelle Truelle (featuring Benjamin Béton)" by Le morse des mers  

 

Il s'agit ici d'une scène de la saga "L'Etrange Histoire de Benjamin Béton", dont je consacrerai un article prochainement.

Après "Moellon", c'est l'oeuvre la plus plébicitée par les amateurs de moelloning...

 

 

 

 

"Le moellon a un bon tuyau" by Le morse des mers  

 

J'aime beaucoup les oeuvres-rébus, je vous en présenterai d'ailleurs d'autres prochainement qui n'entrent pas dans le cadre du moelloning.

Outre le jeu de mot, on constate un énorme travail de mise en scène. C'est un peu l'aboutissement de ma carrière dans le moelloning.

 

L'évolution de mon style est d'autant plus flagrant quant on compare cette création à "12 moellons", ma première oeuvre.

 
 


Le moelloning pour tous
 

Bien entendu, le Projet Moellon est ouvert à tout le monde.

Pour y contribuer, il vous suffit de contacter ZC Virtual Underground Art Gallery via ce formulaire.

 

N'hésitez pas à vous lancer dans cette formidable aventure qu'est le moelloning !

 

Moellonement vôtre...

 

Repost 0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 21:25
Bonsoir à tous !

Et bien je dois avouer que je ne suis pas mécontent de retrouver ma caverne à peu près en état, même si un sérieux dépoussiérage s'impose.
 
Suite au feu vert juridique, c'est avec une vive émotion que j'ouvre à nouveau les portes de mon antre après près de trois années d'inactivité, un changement de président et le départ en retraite de mon coiffeur.
 
Je remercie au passage les acteurs m'ayant poussé à prendre cette décision, c'est à dire : les visiteurs qui affluent toujours autant malgré l'absence de mise à jour, laissant parfois un petit commentaire (dont un signé Cyrille "Moulinex" Baron, illustre co-fondateur et rédacteur de L'Eclectique Super Valable et d'Abus Dangereux) ainsi que certains spécimens de mon entourage qui portaient visiblement un minimum d'intéret à mes articles et qui m'ont régulièrement encouragé à m'y remettre (comme quoi le matraquage psychologique peut donner des résultats).

Il y a aussi une chose qui m'a particulièrement motivée, c'est le fait de n'avoir absolument rien à dire et encore moins à revendiquer donc autant ne rien dire publiquement et l'assumer haut et fort (ne suis-je pas le seul à avoir cautionner les actes d'un certain Olivier Chiabodo ?).
 
Je me permets également d'adresser un merci particulier à une personnalité qui se reconnaitra... ou plutôt à son avocat qui a eu le bon goût de lui conseiller de ne pas faire appel de la décision en ma faveur.

Du coup les indemnités m'ont permis de refaire un peu la déco... mais si regardez bien... bon d'accord je n'ai absolument rien changé, si ce n'est quelques détails mineurs :

- Le lien vers mon flux RSS qui vous permettra d'être à l'affut du moindre mouvement dans ma demeure.

- L'inscription à The Walrus Newsletter : cette option permet, en saisissant votre adresse email, de recevoir, comme par magie, un message lorsqu'un nouvel article sera publié ici même ainsi qu'une éventuelle...hypothétique... peu probable newsletter (si un jour il me prend d'en rédiger une).

- Un lien vers ZC Virtual Underground Art Gallery, site dont j'aurais l'occasion de parler sur ces pages.

- Et bien entendu une série de liens publicitaires qui me permettront sûrement de gagner des millions d'euros à chacun de vos clics !


Le rythme sera nettement moins soutenu qu'à l'époque où je publiais un article par jour mais je l'espère plus régulier dans le temps.

Pour les nouveaux arrivant, plutôt qu'un long discours, je vous invite à lire les anciens articles (tout aussi inutiles les uns que les autres évidemment) en espérant attirer de nouveaux fidèles.

N'hésitez pas à commenter les articles (même les insultes sont les bienvenus du moment qu'ils soient rédigés dans un français correct) voir à relever mes incohérences et mes fautes : je rappelle qu'un lien "Contact" est disponible tout en bas du site afin de m'adresser un message en privé.

Sur ce, souhaitons une bonne fête à tous les Cléophas (et je sais qu'ils sont nombreux), quant à moi, je vous donne rendez-vous très bientôt pour un véritable article sans intérêt mettant en avant cet objet incroyable et de toute beauté qu'est... le moellon.



Repost 0
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 20:58
Comme je suis convaincu qu'une page web est susceptible d'être lue par un nombre plus conséquent de personnes qu'un tag discret camouflé derrière un banc public plaqué contre une haie, je me permets de relayer une information à un dénommé Jo, qui j'espère se reconnaîtra :

Jo tu m'touches j'te défonce

Voilà, cher Jo, tu sais à quoi t'attendre à présent si tu t'avises à toucher l'auteur de ce message.

Rassurez-vous, je ne m'arrêterai pas sur cette bonne action car j'aimerais comprendre le sens exact de ce message. Je suis conscient que nous risquions d'attendre longtemps pour que Jo ou son ami tagueur viennent nous éclairer, alors je vais de ce pas effectuer ma propre analyse.


Tout d'abord le sens du verbe "toucher". Est-ce un toucher agressif ? Amical ? Voir même amoureux ?

Dans le premier cas, le sens est très clair : il s'agit tout bonnement d'une menace. Si "le toucheur" a le malheur de s'en prendre au rédacteur, il déclenchera une escalade de violence qui atteindra son apogée une fois le compte de Jo réglé.

Dans l'hypothèse d'un toucher amical (tape sur l'épaule par exemple) ou amoureux (caresses, attouchements) là le sens est plus délicat.

Deux solutions pour ce cas de figure :

1) Le verbe "défoncer" peu s'apparenter à un acte sexuel bestial entre deux hommes consentants.

Le tagueur a donc un faible pour le fameux Jo et n'ose lui avouer en face, il va donc faire passer le message discrètement pour ne pas avoir à amener la chose lors d'une conversation. Il avertit son ami que s'il lui prend l'idée de le toucher, ses pulsions seront plus fortes que tout et il ne pourra s'empêcher d'assouvir ses désirs. Et un homme avertit en valant deux, ça évitera tout malentendu s'il se passe subitement quelque chose la prochaine fois que Jo se baissera pour refaire ses lacets en présence de son compagnon tagueur

Notez que dans cette dernière éventualité, le tagueur ne peut être une femme (à la limite un transsexuel).

Cependant, cette hypothèse à une faille de taille : si le but est d'avertir Jo pour ne pas prendre ce dernier par surprise, pourquoi avoir rédiger le message à un endroit si improbable ?

En effet, Jo a très peu de chance de tomber dessus donc l'effet est raté.

Hypothèse à oublier.

2) Par contre dans le cas où le tagueur n'aurait aucune attirance sexuelle envers Jo et qu'il s'avère être un peu homophobe sur les bords, on peut comprendre une telle réaction de sa part... ce qui amène à deux conclusions :

- Jo aurait fait son coming out.
- Le tagueur a peur d'en faire les frais donc le met en garde (et là le verbe "défoncer" prend le même sens que lors de la toute première hypothèse).

Mais chose plus grave : l'homophobie de notre artiste pourrait l'amener à voter Philippe De Villiers aux prochaines présidentielles ! Et là je vous l'accorde, la situation devient plus que terrifiante...

... Ou pire ! Le tagueur serait Philippe De Villiers en personne, s'adressant à Joseph Crisafulli (dit Jo), député MPF... On peut même aller plus loin : le véritable nom du président du Mouvement Pour la France est Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon. Il ne serait pas surprenant que le personnage soit en fait schizophrène, Jo étant le diminutif de Le Jolis et représentant son autre moitié, son côté gay qu'il répugne et refoule au point de se menacer lui-même...



Cette hypothèse tient la route mais n'osant pas concevoir les conséquences politiques dues à l'implication de Philippe De Villiers dans cette histoire et ce dans les trois cas possibles le mettant en scène. Récapitulons :
- Passif : l'auteur du tag serait un de ses électeurs.
- Actif : il serait lui-même l'auteur de ce tag.
- Suractif : il serait en même temps l'auteur du tag et la victime de ses propres menaces.

Je m'en tiendrais donc au le règlement de compte entre ennemis (ou anciens amis), hypothèse émise en début d'article.

Philippe De Villiers... faut pas déconner non plus quoi !



Tenez, par associations d'idées, j'ai une subite envie d'écrire un article sur Olivier Chiabodo !

C'est vraiment formidable les associations d'idées :

Philippe Devilliers => Parc médiéval du Puy du Fou (créé par De Villiers) => Intervilles finale 1996 : Le Puy du Fou contre Mont-de-Marsan => Olivier Chiabodo (arbitre d'intervilles de l'époque) et ses doigts magiques.

Je m"y attèle de ce pas car Intevilles c'est pour s'éclater chananananana chananana nana.





Repost 0
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 00:29
Me voici de retour dans les bas fond de ma commune, bien décidé à connaître la vérité, l'objet de toutes les convoitises, bref ce que mes agresseurs ne voulaient pas que je vois lors de ma dernière escapade en ce lieu de peur.

Me voici devant le célèbre tag "Le pont en force". Personne à l'horizon, parfait ! Il faut dire qu'à 7h du matin, les gardiens du lieu commencent leur nuit de sommeil, du coup ça me laisse le temps d'examiner le pont de fond en comble.

Je ne tarde pas à remarquer une inscription en rose, juste en dessous de la devise qui me value bien des ennuis la dernière fois.


La même inscription se trouve au pied du pont :


Mais qu'est-ce donc ? Approchons-nous un peu...



Je... je ne rêve pas, il s'agit d'une adresse internet et pas des moindres : celle de Panda Pixela !



On ne voit pas très bien sur les photos car j'ai du les réduire pour le besoin de cet article, mais l'inscription est claire et resplendissante sur ce pont triste et glauque (voir photo taille réelle).

Pas de doute, le secret était fort bien conservé. Les scélérats voulait empêcher l'accès à l'art pour tous et l'apprentissage du Pixel Art Obscur grâce à ce magnifique site. Je comprend donc pourquoi j'ai été assomé puis ramené sur mon canapé devant la Maillon Faible ! ON VOULAIT ME CONTRE-CULTIVER AU LIEU DE ME PERMETTRE DE DEVENIR UN ARTISTE RECONNU GRACE A PANDA PIXELA !!!!

Ma persévérance s'est finalement avérée payante AHAHAHAHAHAHAHAH !

Je me remets de mes émotions et je vous présente l'antre du Panda Sacré dès demain...

En attendant, je me demande bien qui est l'auteur de ce graffiti salutaire...
Repost 0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 14:32
Aujourd'hui j'ai décidé de m'insurger contre les maires des communes ou les particuliers qui prennent un malin plaisir d'effacer des tags frisant l'oeuvre d'art avec une peinture qui ne correspond même pas à la couleur du mur !

Ce qui fait que non seulement on ne peut plus lire le message, mais en plus c'est extrêmement inesthétique et la façade n'en ressort que plus laide.

Ces derniers tems, j'en ai croisé plusieurs qui aurait mérités de figurer dans ma collection, mais malheureusement je n'avais pas de quoi les immortaliser. Aujourd'hui, je décide de tenter une excursion avec mon appareil photo pour shooter les tags que j'avais repérés... et je vous donne dans le mille : PLUS RIEN !

Les chefs d'oeuvres ont été remplacée par de grosses bandes blanches d'une laideur indescriptible...

Du coup je lance un appel à travers ce message, trouvé par Thanos (merci à lui) :



Messieurs les responsables de la propreté de la commune, laissez donc parlez les murs, c'est tellement triste une façade vierge.

Vous-même chers lecteurs, envoyez-moi vos photos pour alimenter ma collection, si vous ne trouvez pas de messages originaux, n'hésitez pas à taguer de votre propre initiative (sans se faire chopper bien sûr, je ne voudrais pas être responsable d'une quelconque garde à vue au commissariat du coin).

Je rappelle que je prends aussi les messages et les pensées gravés sur les tables des collèges, lycées ou universités.

Dès demain, je fais une razzia chez Mr Bricolage pour faire le plein de bombes de peintures, je connais un pont qui attend ma contribution...
Repost 0
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 22:28
Tout art possède ces perles rares. L'une d'entre elles est exposée à Lyon, plus précisément dans le quartier de La Croix Rousse, pas très loin du célèbre Panda Sacré alias Marshall Nash (qui poste des commentaires sur ce blog sous un prénom anonyme histoire de ne pas déclencher l'hystérie générale).

Il s'agit sans doute ici, du plus beau graffiti que j'ai eu à vous présenter depuis la création de cette rubrique, tellement magnifique que ça se passerait même de commentaires tellement le message est évident.

C'est un constat que l'on aurait pu faire bien plus tôt... et pourtant, ce sont les artistes des rues qui nous ont ouvert les yeux.

Admirez donc :

Merci à Thanos pour avoir retrouver et fournit cette photo parmi


Bon, il faut bien entendu faire abstraction du I, rajouté par des petits malins désireux de porter atteinte à l'oeuvre. Ce qui nous donne :

CHE, JESUS : MÊME BARBE MÊME COMBAT

Qui était Jésus Christ ? Le fils de Dieu, le messie pour les uns et un simple SDF itinérant pour les autres, quoiqu'on en dise, le barbu menait son combat pour la paix à sa façon et venait en aide aux défavorisés.

Ernesto "Che" Guevara quant à lui était un révolutionnaire cubain, qui se battait également pour un monde meilleur et la démocratie dans son pays.

Les deux personnages connurent une fin tragique, l'un crucifié par les romains et l'autre exécuté par les boliviens.

Que reste-t-il de ses deux grandes figures de l'histoire ? Jésus est mis en vedette dans une célèbre fiction que l'on nomme La Bible, il est l'objet d'un culte et à l'origine du christianisme et des ses dérivés, un calendrier a même été aménagé en fonction de sa date de naissance ! On lui doit également divers jours fériés (pâques, ascension, noël, ...).

Quant au Che, il n'est qu'une tête sur un tee-shirt ou sur un poster dans une chambre d'ado !

Pour palier à cette injustice je propose une remise à niveau du statut des deux barbus et je revendique donc que des jours fériés supplémentaires soient mis en place pour célebrer les grands événement de la vie du Che, que le calendrier comporte désormais deux années, la deuxième étant le nombre d'années écoulées depuis la naissance du Che (nous sommes donc en 2006 après Jésus Christ et en 78 après Che Guevara).

Bon pour l'équivalent de La Bible, je suis sûr que les historiens ou autres passionnés ont déjà sortis un bon nombre d'ouvrage sur le révolutionnaire et pour la religion, je ne propose pas d'en créer de nouvelles mais plutôt de supprimer celles qui vouent un culte au Christ, ce serait plus simple... mais bon je sens qu'il y en a qui ne seront pas d'accord ;)


Au fait vous savez pourquoi Fidel Castro porte des bretelles ? Parce qu'il a le cul bas...
Repost 0
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 16:00
Horreur et putréfaction ! Dans le cadre de mon enquête sur le gang anti-maire, je suis retourné sur les lieux du tag et c'est avec stupéfaction que je suis tombé face à ceci :



Une chose est sûre, quelqu'un essaie de me mettre des bâtons dans les roues en brouillant les pistes. Rendez-vous compte, ils sont allés jusqu'à détruire le mur !

Quelques jours auparavant j'avais déjà constaté un changement :



Une partie du tag avait été repassée en bleu, en suivant parfaitement les anciens contours.
Mais pourquoi n'avoir pas terminé cette rénovation ? S'agit-il encore une fois d'un code secret ? Merci de m'aider à y voir plus clair parce que sur ce point je patauge complétement.

La grande question est toutefois de savoir qui a eu le culot d'effacer la fin de la phrase de la manière la plus bourrine qui soit. Les auteurs ? Le camp opposé, c'est à dire le maire lui-même ? De toutes manières, ce dernier est le seul à pouvoir autoriser légalement la destruction d'un mur ou autre bien public, donc cette piste est pour le moment à privilégier.

En tout cas, j'ai touché un point sensible et je ne me laisserai en aucun cas intimidé par les hautes instances Au contraire, je suis d'autant plus motivé à faire éclater la vérité au grand jour ah ah... mais quelle vérité au fait ?

Je resserre l'étau petit à petit et toutes ces affaires secrêtes ne pourront plus le rester très longtemps. Ayant accru ma vigilence, seule une panne du disque dur contenant tous les indices que j'ai amassés jusqu'ici pourrait me stopper, mais ce ne serait pas de bol quand même.

JE LES AURAIS *voix de Gargamel* !

... Oui, je sais, tout comme moi, vous avez remarqué la construction d'une maison qui justifierait la démolition du mur. Bande de naïfs ! Il s'agit ni plus ni moins que du quartier général du gang qui veut ma peau, cela leur permettra de surveiller mes allers et venus (j'habite à cent mètre) et d'appréhender les futurs fouineurs qui tenteraient d'analyser de plus près les inscriptions sur le mur.

Quand je vous disait que je dérangeais... et ne me regardez pas comme ça je ne suis pas parano !!!

En cadeau bonus, voici une exclusivité découverte sur ce même mur mais un peu plus en amont :


Nous avons ici les premières tentatives de recherche de l'orthographe exacte du premier mot de la phrase taguée, ce qui prouve que le code doit être respecté à la lettre près pour être compris par le reste du réseau et, de ce fait, que les autres fautes d'orthographe sont tout à fait volontaires.

Voilà qui répond déjà à une des nombreuses questions...

Repost 0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 18:40

Quoi ? Mais qu'est-ce que vous faites donc ici ? Avez-vous oublié que nous somme le 5 avril et que vous devriez être bien au chaud au cinéma le plus proche pour la sortie nationale d'Enfermés Dehors !

Allez, circulez, il n'y a rien à voir aujourd'hui...

Hein ? Pourquoi mon article est-il introduit par une photo de notre Ministre de l'Intérieur ?

Arg ! Bon ok, je vous explique vite fait sans en faire des tartines sinon vous risquez de manquer le début du dernier Albert Dupontel.


Dimanche dernier, je me promenais à proximité du centre commercial à deux pas de chez moi... enfin deux pas pour le Géant Vert, personnellement il m'en faut beaucoup plus pour parcourir cette distance... oui, oui, parce qu'en fait je ne vous l'ai peut-être jamais dit mais je suis beaucoup plus petit que le Géant Vert (et beaucoup moins vert aussi).

Bref, je passe devant le stand de chariot et j'aperçois, à droite de la porte d'entrée coulissante menant à Ed, une inscription à la bombe qui n'y était pas la semaine d'avant (bon elle y était peut-être mais je ne l'avais pas remarquée en fait).

Bien entendu j'avais mon appareil photo sur moi, le temps de dégainer pour appuyer sur la détente et c'était dans la boîte.

Le message est simple, clair, assez banal, mais ça a tellement l'air de venir du coeur que je ne peux en aucun cas vous passer ça sous silence.


Voici le nouveau chef-d'oeuvre :

 



Comme d'habitude, je ne me suis pas laissé prendre par le caractère simpliste de l'inscription, il y a bien évident un sens à tout ça derrière cette apparente colère à l'égard de l'homme politique omnipotent et omniprésent.

Dans un premier temps, je me suis plongé dans la bio du bonhomme (rassurez-vous je vous en ferai grâce ici... et heureusement) et j'ai pu constater deux choses :

- Soit notre tagueur est très mal renseigné.
- Soit cette intox est volontaire.

 

Car en effet, le Président de l'UMP n'est en aucun cas un enfant illégitime... ou alors le mot "bâtard" est employé dans un sens particulier inconnu des dictionnaires, de Maître Capello, de l'Académie Française et de Bertrand Renard réunis. Avouez que ce serait quand même gros.

Dans un élan d'espoir, je suis allez consulter www.hoaxbuster.com, mais ce n'est pas un hoax non plus...

Evidemment j'en conclus qu'il s'agit une fois de plus d'un message codé visant à communiquer soit avec le réseau anti-maire, soit avec le gang du pont... avouez que vous m'avez vu venir avec mes grosses nageoires.

 

N'hésitez pas à me faire part de vos interprétations.

Et puisqu'on ne peut jamais être sur de la fiabilité des biographies (surtout si l'intéressé à la main mise dessus), je laisserai quand même le bénéfice du doute et éviterai soigneusement de voter pour le gugusse s'il se présente aux Présidentielles 2007. Franchement, un enfant illégitime au pouvoir ça craint quand même :)

Du coup j'ai été plus long que prévu, vous raterez sans doute les premières minutes d'Enfermés Dehors, tant pis vous y retournerez une seconde fois pour voir le début... bon ok j'arrête ma propagande pro-Dupontel...

PS : vous remarquerez que j'ai réussi l'exploit de ne pas citer une seule fois le nom de celui à qui je consacre cet article (non pas Albert Dupontel mais l'autre bâtard là !).

Repost 0
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 22:10
Chers lecteurs, chères lectrices,

Aujourd’hui, j’ai décidé de prendre des risques pour vous. Je vais m’aventurer là où jamais personne n’a osé pénètrer car l’endroit est très redouté : il s’agit du pont du chemin de fer désaffecté qui semble être le quartier général de la pègre local.

Pourquoi prendre tant de risque ? Car je ne dois tout simplement écarter aucune piste, ni aucun suspect dans le cadre de mon enquête sur le message anti-maire du mur de ma rue.
Si un gang fréquente le pont du chemin de fer, l’endroit a surement du être personnalisé et il me sera possible de comparer les écritures dans un premier temps, puis, si le résultat est positif, il me sera possible d’épier les coupables  afin de connaître leurs motivations.


Je me lance donc à l’aventure, empruntant le chemin de fer à pieds, muni d’une photographie du message anti-maire, de mon appareil photo et d’une Chupa Chups à la fraise.

Après de longues heures de marche (… bon ok minutes), j’aperçois enfin la fameux pont.  Personne aux alentours, parfait !


Je m’approche avec prudence du Q.G., comme je m’en doutais, je vais pouvour comparer les inscriptions. Ma première réaction est la déception : les écritures ne correspondent pas, j’ai suivi une fausse piste. Mais je suis attiré par un graffiti prédominant : "Le pont en force".


Le message me fait froid dans le dos. Annonce-t-il un éventuel attentat à grande échelle ? Le chaos ? L’apocalypse ? ou tout simplement un renforcement du pont tombant en ruine (dans ce cas, cette inscription n’est ni plus ni moins qu’une appel d’offre clandestine afin de débaucher un artisan maçon ou une entreprise de ponts et chaussées). Bref, je ne me sens pas très en sécurité et décide de rebrousser chemin afin de prévenir les autorités qui mettront Christophe Hondelatte sur le coup. D’autant plus que, depuis le début, j’ai une désagréable impression de ne pas être seul… et ce n’est pas cette ombre sur le mur qui me contredira…


Hein ? Quoi ? Une ombre ? Je me retourne lentement et tombe nez à nez avec un individu étrange avec visiblement une malformation au niveau du majeur droit, ce dernier restant constamment tendu. L’homme me regarde d’un air menaçant, se tourne face à l’inscription "Le pont en force" et hurle à plein poumon "Yo wesh wesh tac tac vazy le pont en force te dis là gros".


Je ne comprends pas très bien sur le coup, mais il semble en fait que l’hurluberlu appelle des renforts via cet étrange langage codé. Effectivement, je ne tarde pas à me retrouver agressé par une centaine d’assaillants… enfin une dizaine… bon ok ils sont au moins deux.


A ce moment, tout devient confu dans mon esprit : j’entends ça et là quelques insultes, avec cette phrase étrange, "Le pont en force", répétée de manière récurrente, je tente de prendre la fuite mais trébuche sur une cannette de Cacolac, m'étouffe avec ma Chupa Chups, ma vue se trouble et je perds connaissance… ma dernière vision étant celle d’un membre du gang du pont me regardant tituber.


Dans les ténèbres, j’entends encore sa voix : « C’est qui c’bouffon ? Viens on s’tire, on va encore dire qu’c’est nous qu’on l’a agressé !».

Je me réveille sur mon canapé, la télévision allumée sur Le Maillon Faible, encore sous le choc de mon expérience de journaliste d’investigation. Je dois à présent rester sur mes gardes car ces salauds savent forcément où j’habite puisqu’ils m’ont ramené chez moi…


Oh, J'en vois d'ici me dire que ce n'était qu'un rêve et que je me suis simplement assoupi comme une larve devant Video Gag avant d'être réveillé au garde à vous par Laurence Boccolini.
Laissez-moi rire ! Comment expliquez-vous la disparition de ma Chupa Chups à la fraise si je ne l'ai pas avalée en tombant suite à mon vaillant combat contre ces scélérats ? HEIN ? COMMENT ?

Bande d'incrédules !
 


Repost 0

Derniers Articles