Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vas-Y Cherche !

Les Archives

8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 02:31
Index du dossier :

Partie 1  - La Genèse de Mario
Partie 2  - Mario sur Nintendo Entertainment System
Partie 3  - Mario sur Super NES
Partie 4  - Mario sur Nintendo 64
Partie 5  - Mario sur Game Cube
Partie 6  - Mario sur Game Boy
Partie 7  - Mario sur Game Boy Advance
Partie 8  - Mario sur Nintendo DS
Partie 9  - Mario sur Wii (preview)
Partie 10 - Mario RPG
Partie 11 - Mario et le karting, sa grande passion (© Omar Sharif)
Partie 12 - Mario et le sport
Partie 13 - Autres jeux Mario
Partie 14 - Wario, Luigi, Yoshi et Peach
Partie 15 - Saga Donkey Kong
Partie 16 - Apparitions de Mario dans divers jeux
Partie 17 - Références marionesques
Partie 18 - Conclusion, théorie et index



Donkey Kong n'est pas vraiment un personnage de l'univers de Mario puisqu'il n'apparait dans aucune aventure de ce dernier. En fait c'est plutôt le contraire puisque le plombier a fait ses premières armes dans les jeux du gros singe avant de battre de ses propres ailes.
Cependant les deux compères se sont recroisés à plusieurs reprises (notamment dans les simulations à la sauce Mario) et Donkey Kong est fortement lié à Mario, ce qui justifie sa présence dans ce dossier.


Donkey Kong (1983, NES)
Donkey Kong (1994, Game Boy)
Donkey Kong : NES Classics (2004, Game Boy Advance)


Adapté à toutes les sauces sur divers supports, Donkey Kong a logiquement eu droit au portage sur les 8-bits de Nintendo (NES et Game Boy) ainsi qu'une réédition sur Game Boy Advance dans la collection NES Classics.



Donkey Kong Jr. (1983, NES)


La suite directe de Donkey Kong. Cette fois-ci, Mario tient le mauvais rôle puisque à l'issu de la première aventure, il a fait prisonnier Donkey. Le joueur dirige donc le fils de ce dernier et doit sauter de liane en liane afin de déjouer les pièges du plombier et délivrer son papa.



Donkey Kong Classics (1988, NES)

Une compilation regroupant Donkey Kong et Donkey Kong Jr.



Donkey Kong 3 (1984, NES)


Dans ce troisième épisode, les phases plates-formes sont entrecoupées de séquences shoot'em up. Il est possible de jouer à deux.



Donkey Kong Jr. Math (1983, NES)


Il s'agit d'un jeu éducatif dans lequel les plus jeunes peuvent réviser leurs tables d'opérations avec Donkey Jr.



Donkey Kong Country (1994, Super NES)


La série Donkey Kong Country apporte une nouvelle dimension à l'univers du gros singe.

Il s'agit ici d'un jeu de plates-formes, fortement inspiré par Super Mario Bros et ses séquelles (les bananes remplacent les pièces et les tonneaux remplacent les tuyaux et les blocs '?'), mais apportant une nouveauté en offrant la possibilité de diriger deux personnages sur le même écran. En effet, Donkey est accompagné par son ami Diddy. Dès que l'un est touché, c'est l'autre singe qui prend le relais (lorsque les deux sont présents, il est possible de sélectionner à tout moment le singe à diriger, le second se contentant de suivre). Si le joueur perd un singe, il pourra toujours le récupérer en brisant un tonneau 'DK'.

Le scénario est assez classique : les affreux Kremlings, une bande de crocodiles menée par le Capitaine K. Rool, ont dérobé la réserve de bananes de Donkey ! Furieux, ce dernier, avec l'aide de son fidèle ami Diddy, est bien décidé à récupérer son bien et à donner une bonne leçon à K. Rool !

Nos héros évoluent à travers, entre autres, une jungle, de vieux temples en ruine, des usines désafectés ou encore des volcans.
Sur leur chemin, ils auront l'occasion de chevaucher une grenouille, une autruche, un espadon ou un rhinocéros. Pour terminer le jeu sur a 101%, il est nécessaire de découvrir toutes les salles bonus (jusqu'à trois par stage) permettant de jouer à des mini-jeux et remporter des vies.
Le système de carte du monde permet de refaire les niveaux déjà terminés mais aussi d'obtenir l'aide des différents membres de la tribu Kong : le vieux et sarcastique Cranky donnera de précieux conseils, Funky louera un avion pour rejoindre un monde déjà visité et Candy permettra de sauvegarder la partie.

Techniquement, le jeu est de toute beauté puisque la cartouche contient la puce 3D-FX pour un resultat assez impressionnant pour l'époque (le jeux est en 2D mais les sprites possèdent une certaine texture offrant un rendu 3D). Les décors sont très fouillés et variés quant à la musique et aux sons, ils collent parfaitement à l'ambiance simiesque et sauvage.

Les tonneaux auront divers fonctions : les tonneaux 'DK' évoqué plus haut, permettant de récupérer un personnage perdu, les tonneaux (en bois, chargé de TNT ou en metal) servant de projectile, les tonneaux cannon (mobiles ou fixes) propulsant Donkey et Diddy, les tonneaux de sauvegarde de mi-niveau, pratique pour ne pas recommencer le niveau au début en cas d'échec, les tonneaux d'invincibilité ou encore les tonneaux Warp Zone téléportant directement à la fin du niveau.



Donkey Kong Country (2003, Game Boy Advance)

La version GBA apporte quelques améliorations à l'original :
- Possibilité de sauvegarder n'importe où sur la carte
- Mini-jeux proposés par les membres de la tribu Kong
- Photos à collecter dans un album
- Une fois le jeu terminé, possibilité de recommencer avec Diddy seul (sans l'assistance d'un deuxième singe)
- etc.



Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest (1995, Super NES)


Pour se venger de leur précédente débacle, K. Rool et les Kremlings kidnappent le pauvre Donkey Kong qui se la coulait douce sur la plage. Diddy et Dixie vont tenter de délivrer leur ami.

Même recette que pour le premier opus, avec quelques petits changements à la clé comme la récolte des pièces 'DK' dans chaque stage et des pièces 'Kremling' dans chacune des salles bonus.
Ces objets sont primordiales pour finir véritablement le jeu. En effet, les pièces 'Kremling' servent de monnaie d'échange pour accéder au Monde Perdu. Quant aux pièces 'DK', elles servent à mesurer les capacités de nos héros et accessoirement à atteindre les 102%.

Quelques petites modifications au niveau des personnages secondaires : du côté des montures, la grenouille et l'autruche cèdent leur place à un perroquet cracheur de noix (déjà présent dans le premier épisode où il servait de lampe-torche ambulante pour éclairer nos amis l'espace d'un stage), une serpent monté sur ressorts et une arraignée capable de fabriquer des plates-formes de soie.

La famille Kong accueille Swanky, un animateur qui propose des quizzs permettant de remporter quelques vies supplémentaires ainsi que Wrinkly, l'épouse de Cranky, qui remplace Candy à la sauvegarde (et donne quelques conseils à l'instar de son aigri de mari).

Pour en revenir aux montures, de nouveaux tonneaux permettent désormais de prendre directement leur forme.



Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest (2004, Game Boy Advance)

Tout comme le premier épisode, la version GBA contient son lot de nouveautés dont les mini-jeux et la collecte de photos.



Donkey Kong Country 3: Dixie Kong's Double Trouble (1996, Super NES)


Décidemment K. Rool est rancunier ! Cette fois-ci c'est encore une fois Donkey qui en fait les frais, mais également ce cher Diddy.
Dixie est donc de corvée de sauvetage en duo avec Kiddy, un bambin à la force phénoménale.

La série reste sur sa lancée en proposant pour la troisième fois une structure identique. Une quête aux oiseaux-bananes fait office de valeur ajoutée par rapport à l'opus précédent. Ces oiseaux-bananes se trouvent dans des grottes secrêtes ou en possession d'une famille d'ours. Il faudra alors procédé à toutes sortes de trocs pour convaincre les plantigrades de céder leurs biens.

A noter l'éviction du sympathique rhinocéros, remplacé par un éléphant capable d'aspirer les tonneaux avec sa trompe et à se servir de cette dernière comme lance-eau. L'animal est cependant terrifié par les rats.

Un grand changement du côté de la carte du monde, plus vivante que les précédentes : l'accès aux différents mondes se fait par les voies maritimes (à l'aide des véhicules de Funky). Le Monde Perdu quant à lui sera à découvrir grâce aux indices divulgués par les ours. Une fois découvert, les stages seront à débloquer en achetant de la dynamite avec les pièces récoltées dans les salles bonus.



Donkey Kong Country 3: Dixie Kong's Double Trouble (2005, Game Boy Advance)

Le portage GBA est assez décevant car, hormis l'ajout de deux mini-jeux (les défis de Funky et le Dojo de Cranky), il ne propose pas d'objets supplémentaires à récolter (comme les photos dans les deux précédents opus). Cela s'explique aussi qu'il s'agit ici du meilleur jeu de la trilogie, qui était déjà assez relevé niveau challenge à la base.



Donkey Kong Land (1995, Game Boy)
Donkey Kong Land 2 : Diddy Kong's Quest (1996, Game Boy)
Donkey Kong Land 3 : The Race Against Time (1997, Game Boy)

A l'instar de Super Mario Bros et Super Mario Land, Donkey Kong Country a été décliné sur la portable monochrome sous le titre de Donkey Kong Land avec trois épisodes au compteur.

Le principe est le même que pour les version Super NES, chaque opus reprenant la trame de son homologue 16-bits.

Les limitations techniques de la Game Boy entraînent cependant des quêtes moins longues ce qui n'empêche pas une bonne durée de vie des cartouches.



Donkey Kong 64 (1999, Nintendo 64)


Sur les trace de Mario, Donkey et sa bande subissent un lifting 3D avec une aventure riche et dense. L'objectif de départ est de délivrer la tribu Kong et vaincre le boss de chaque monde. A chaque sauvetage, le personnage libéré sera jouable et possédera ses propres aptitudes et ses propres équipements (à récupérer auprès de Cranky, Candy et Funky). Les quêtes annexes sont légions et terminer un monde à 100% est assez fastidieux.

Pour affronter le boss d'un monde, il faudra avant-tout récupérer un maximum de bananes qui serviront de monnaie d'échange pour l'ouverture de la porte du gros méchant.

Le jeu fourmille d'éléments sympathiques comme par exemple une borne d'arcade permettant de jouer au Donkey Kong classique, différents modes à débloquer, ...

Cependant le jeu manque un peu de rythme par rapport à Super Mario 64.



Diddy Kong Racing (1997, Nintendo 64)
Diddy Kong Racing (200?, Nintendo DS)


Diddy Kong Racing est l'équivalent pour la famille Kong de ce qu'est la série des Mario Kart (déclinée sur toutes les consoles Nintendo depuis la Super NES) pour le Royaume Champignon.
Cependant, difficile de partager la part du gâteau avec une franchise comme Mario Kart qui pulvérise les ventes en matière de simulation de course décalée.

Diddy Kong Racing n'a donc pas continué sa route au delà de la Nintendo 64 (le jeu est pourtant très bon), mais une version Nintendo DS a été annoncée.

Wait and See.



Donkey Konga (2003, Game Cube)
Donkey Konga 2 (2004, Game Cube)
Donkey Konga 3 (2005, Game Cube)


Les singes de la famille Kong ont le rythme dans la peau ! On pouvait déjà le remarquer lors des fins de stage de Donkey Kong Country 2, ainsi que pendant l'introduction de Donkey Kong 64.
En fait, ils suffisaient de leur proposer un boeuf au lieu de les encourager à arpenter la jungle pour cueillir des bananes et assomer les Kremlings.

Mais difficile de sortir du son avec un joypad et ça, Nintendo l'a compris et invente le bongo, un tam-tam se connectant sur le port de la manette Game Cube !

Dans cette série de jeu, le joueur suit un peu le principe de Samba Di Amigo sur Dreamcast, à défaut des maracasses, il doit démontrer son habilité au bongo en compagnie des sympathiques et velus primates.

Le troisième opus n'a toujours pas vu le jour dans nos contrées (ce qui ne devrait tarder).



Donkey Kong Jungle Beat (2004, Game Cube)


Retour au jeu de plates-formes avec toutefois une originalité : Donkey se dirige au bongo ! La prise en main peut paraître complexe mais, encore une fois avec Nintendo, il n'en est rien : après une courte période d'adaptation, le joueur maîtrise les actions commandées par l'instrument.



DK : Bongo Blast (2006, Game Cube)


Après la simulation musicale et le jeu de plates-formes, le prochain opus exploitant le bongo sera un jeu de courses pas comme les autres. En effet, nos primates adorés seront munis de réacteurs et se mesureront sur des grand prix aériens.

La sortie est prévue pour la fin de l'année



DK : King of Swing (2005, Game Boy Advance)
DK : King of Swing DS (2006, Nintendo DS)



Un jeu de plates-formes/réflexion sympathique mais n'atteignant pas la qualité que Mario vs. Donkey Kong, notamment à cause d'une durée de vie assez modeste.

Une version GBA ne va tarder à voir le jour.


Prochain épisode : les apparitions de Mario et sa bande dans d'autres softs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

flure 30/05/2006 22:32

Euh, je vais peut-être dire une connerie, mais Rare, c'est bien eux qui ont fait Starfox Adventures non ? (je vérifie ... non j'ai pas dit de connerie)

Le morse des mers 30/05/2006 23:51

Yep, c'est bien eux ;)Je crois même que ce fut leur dernier jeu pour Nintendo.

flure 30/05/2006 22:31

J'ai joué à aucun jeu de la série, sauf Donkey Konga, qui est sympa mais dont l'intérêt décline très très vite, surtout si l'on n'a qu'un seul bongo ...

Le morse des mers 31/05/2006 11:24

Je te conseille les trois Donkey Kong Country (je peux te prêter les rééditions GBA si tu n'as pas de Super NES)

Thanos 30/05/2006 15:28

en fait, pour Diddy Kong Racing, le réel problème, c'est que c'est Rare qui avait fait ce jeu (tout comme les DK Country et DK 64), mais après la N64, Rare est partie chez Microsoft.
j'ai vu à l'E3 que Rare allait refaire un Diddy Kong Racing sur DS ou sur Wii, je sais plus. On peut espérer ainsi revoir de nouveau jeu Rare en plus grand nombre sur les consoles Nintendo, comme les Banjo et Kazoi par exemple :D

Le morse des mers 30/05/2006 16:38

Le prochain Diddy Kong Racing sera sur DS ;)C'est vrai que ça le ferait pas mal de revoir des jeux Rare sur consoles Nintendo :D

Derniers Articles